Nouvelles accusations d’abus sexuels par des Casques bleus en Centrafrique

Des Casques bleus en Centrafrique sont accusés d’avoir agressé sexuellement une jeune fille, un cas qui s’ajoute à une quinzaine d’autres, ont rapporté vendredi des responsables de l’ONU.

Nouvelles accusations d’abus sexuels par des Casques bleus en Centrafrique

Les accusations d’abus sexuels par des membres de la mission de l’ONU dans ce pays (Minusca) sont «catastrophiques», a estimé le chef des missions de l’ONU de maintien de la paix, Hervé Ladsous, de retour de Centrafrique.

M. Ladsous a refusé de donner davantage de détails. La jeune fille agressée était sans doute mineure à l’époque des faits, ont précisé des responsables de l’ONU.

Ces responsables n’ont cependant pas pu dire où et quand ces abus s’étaient produits, ni de quel pays étaient originaires les Casques bleus incriminés.

Le président américain Barack Obama doit accueillir un sommet à la fin du mois destiné à renforcer le soutien des pays développés, surtout l’Europe, aux missions de maintien de la paix.

La Minusca a déjà été accusée de 15 cas d’abus sexuels, dont 11 concernant des mineurs.

Fin août, une délégation de la République démocratique du Congo (RDC) s’est rendue en Centrafrique pour enquêter sur des accusations de viol portées contre trois de ses Casques bleus en Centrafrique.

Suite à ces scandales, le secrétaire général de l’ONU a nommé Parfait Onanga-Anyanga, un Gabonais, à la tête de sa mission en Centrafrique, après la démission de Babacar Gaye.

Ban avait qualifié ces abus de «cancer dans notre organisation».

D’après la règle de l’ONU, les États membres sont chargés d’enquêter et éventuellement de poursuivre les Casques bleus mis en accusation.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.