Crash MH17 : c’est un « devoir moral » de punir les « assassins »

Punir ceux qui ont abattu le Boeing de la Malaysia Airlines il y a un an au-dessus de l’est rebelle de l’Ukraine est le «devoir moral» de la communauté internationale, a déclaré le président ukrainien Petro Porochenko.

Crash MH17 : c’est un « devoir moral » de punir les « assassins »

«En commémorant les morts, notre devoir moral est de faire en sorte que les coupables reçoivent un juste châtiment», a déclaré M. Porochenko dans un discours à l’occasion de l’anniversaire de la tragédie du vol MH17 qui a fait 298 morts, pour la plupart des ressortissants des Pays-Bas.

«Cet acte de violence ne peut pas être pardonné […] Les assassins doivent savoir que la punition est inévitable», a poursuivi Petro Porochenko.

L’avion effectuait un vol régulier entre Amsterdam et Kuala Lumpur quand il a été abattu, au-dessus de l’est de l’Ukraine, au cours de l’une des phases les plus violentes des hostilités entre les forces ukrainiennes et les séparatistes prorusses.

Kiev et les Occidentaux soupçonnent les séparatistes d’avoir utilisé un missile sol-air BUK fourni par la Russie pour abattre l’appareil. Moscou dément catégoriquement toute implication dans le crash et accuse les militaires ukrainiens.

L’Ukraine est l’un des États qui a avancé l’idée d’un tribunal spécial sous l’égide de l’ONU pour juger les responsables de cette catastrophe, qui n’ont toujours pas été identifiés.

La Russie, membre du Conseil de sécurité doté d’un véto, a catégoriquement rejeté cette idée du tribunal.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.