Dropped: «La production a tué une deuxième fois les victimes»

Les proches de plusieurs victimes du terrible crash d’hélicoptère survenu durant le tournage de Dropped sont en colère contre la production de l’émission. «On est abandonnés», assure l’un d’eux.

Ma.St.
Dropped: «La production a tué une deuxième fois les victimes»
ARGENTINA-FRANCE-AIR-CRASH ©AFP

Les proches du boxeur Alexis Vastine, du producteur Volodia Guinard et de la journaliste Lucie Mei-Dalby, tous trois tués dans l'accident d'hélicoptère survenu durant le tournage du jeu d'aventure Dropped, témoignent ce jeudi matin dans plusieurs journaux français pour faire part de leur colère vis-à-vis de la production de l'émission.

En effet, ces derniers souhaitaient se rendre en Argentine afin d’accompagner les corps de leurs proches lors de leur rapatriement prévu ce week-end, mais ce souhait a été refusé par Adventure Line Productions (ALP). « ALP a tué une deuxième fois les victimes du crash », n’hésite pas à lancer Bénédicte Mei, la mère de la journaliste, dans les colonnes du journal français Le Figaro. « Ils savaient depuis le début qu’on ne se rendrait pas là-bas. Ce n’étaient que des paroles en l’air et des mensonges. »

« Depuis lundi, on nous mène en bateau », continue la mère de Lucie Mei-Dalby, dans les colonnes du quotidien Le Parisien/Aujourd’hui en France cette fois. « On nous explique que c’est impossible (NDLR : d’accompagner les corps des défunts). C’est inadmissible de faire preuve d’un tel mépris ! »

« On est abandonnés »

Mais Bénédicte Mei n’est pas la seule à se plaindre d’ALP. Les proches du boxeur Alexis Vastine et du producteur Volodia Guinard, interrogés par Le Parisien/Aujourd’hui en France, ont eux aussi fait part de leur désarroi.

« On est abandonnés », estime la sœur du boxeur. « On a dit qu’il était trop tard pour prévoir ce voyage et qu’ils nous déconseillaient de nous y rendre par nos propres moyens. On nous fait culpabiliser en disant qu’on risque de croiser l’autre avion. Nous sommes seuls désormais... » Un sentiment partagé par les proches de Volodia Guinard.

La société de production a rapidement réagi à la polémique. « Les différentes autorités françaises et argentines avec lesquelles nous sommes en contact nous empêchent de synchroniser les départs des corps avec un éventuel accompagnant par les familles », se défend ALP. « Nous attendons une date officielle. Mais on ne peut pas faire risquer aux familles de manquer l’arrivée de leurs proches à Paris. »