220 lettres de Breivik bloquées par l’administration pénitentiaire

L’administration pénitentiaire norvégienne a indiqué lundi avoir bloqué 220 lettres écrites par Anders Behring Breivik, qui avait tué 77 personnes en 2011, pour l’empêcher de constituer un réseau en dehors de la prison.

220 lettres de Breivik bloquées par l’administration pénitentiaire

«Nous avons refusé d’envoyer des lettres de Breivik pour des raisons de sécurité. Il s’agit d’environ 220 courriers», a expliqué un porte-parole de l’administration pénitentiaire, Yling Faeste.

«Nous contrôlons ses communications et il n’est pas autorisé à établir de réseau qui pourrait commettre plus de crimes qu’il n’en a déjà fait», a-t-il poursuivi.

Le 22 juillet 2011, Anders Breivik, aujourd’hui âgé de 35 ans, avait tué 77 personnes au nom de «la lutte contre le multiculturalisme et l’invasion musulmane».

Il avait d’abord fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, faisant huit victimes, puis ouvert le feu sur un rassemblement de Jeunes travaillistes sur l’île d’Utoeya, tuant 69 autres personnes, des adolescents pour la plupart.

Breivik assure aujourd’hui s’être «converti» à la cause démocratique depuis août 2012, disant avoir été inspiré par le succès électoral en Grèce du parti néonazi Aube dorée, et voudrait créer un parti pour défendre son idéologie inchangée sans avoir à recourir à la violence.

M. Faeste a refusé de commenter le contenu des lettres bloquées.

Breivik purge aujourd’hui une peine de 21 ans de prison, susceptible d’être prolongée s’il reste considéré comme dangereux.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.