Premiers morts en Israël

Sept Palestiniens ont péri et trois Israéliens ont été tués, jeudi, au deuxième jour de l’opération israélienne contre les groupes armés de Gaza.

Premiers morts en Israël
Mideast Israel Palestinians ©Associated Press / Reporters

Hier à Gaza, la tension était perceptible et un calme inhabituel régnait, interrompu seulement par les roquettes, les explosions et les sirènes des ambulances, selon des journalistes de l’AFP. La plupart des habitants étaient terrés chez eux et les rues, où règne habituellement un bruyant désordre, étaient vides. Les écoles ont été fermées.

Sept Palestiniens ont péri jeudi dans des raids aériens. Des dizaines de roquettes ont également été tirées depuis la bande de Gaza sur le territoire israélien. L’une d’elle a frappé un immeuble dans la ville israélienne de Kyriat Malachi, tout près de l’enclave, à 25km au nord de Gaza, tuant trois personnes, selon les médias israéliens. Il s’agit des premières victimes israéliennes depuis le début, mercredi, de la vaste intervention militaire israélienne, «Pilier de la Défense », contre le territoire palestinien tenu par les islamistes du Hamas. Un tir a également touché Tel Aviv, sans faire de blessé.

Au total, treize Palestiniens ont péri, dont deux mineurs et une femme, et 115 ont été blessés depuis le début de l’opération.

«L'option d'une opération terrestre (à Gaza) reste ouverte », a assuré jeudi à l'AFP le ministre israélien de l'Intérieur Elie Yishaï, en visite à Kiryat Malachi. «Nous pourchasserons les dirigeants du Hamas comme des bêtes féroces », a insisté son collègue des Transports Israël Katz.

L'opération israélienne a été condamnée par la Russie, l'Égypte et l'Iran. Londres, par contre, a désigné le Hamas comme «principal responsable de la crise », faisant écho aux États-Unis qui avaient réaffirmé leur soutien ferme à l'État hébreu face aux attaques «brutales » du Hamas.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a condamné «fermement » jeudi les tirs de roquettes depuis Gaza et a dit attendre d'Israël «une réaction mesurée », tout en reconnaissant le droit de ce pays de défendre sa population.