Pas question pour la Grèce de sortir de l’euro, dit le Premier ministre

Une sortie de la zone euro «n’est pas une option pour la Grèce», a assuré le Premier ministre grec Antonis Samaras dans une interview au Washinhgton Post, se disant déterminé à mener à bien les réformes douloureuses mais nécessaires pour l’éviter.

Pas question pour la Grèce de sortir de l’euro, dit le Premier ministre

«Nous devons absolument respecter nos engagements car une sortie de la zone euro n’est pas une option pour nous», a déclaré M. Samaras dans cette interview rendue publique samedi soir par le quotidien américain.

«Ce serait une catastrophe», a-t-il ajouté. «En 2013, nous allons entrer dans notre sixième année de récession, avec un chômage de 22% et qui continue à augmenter. Nous sommes là pour remplir nos obligations et atteindre les buts fixés».

Il a toutefois souligné qu’il était impossible actuellement de faire approuver par le Parlement les nouvelles restrictions budgétaires demandées par les trois grands créanciers de la Grèce (l’Union européenne, le Fonds monétaire international et la Banque centrale européenne).

«Il faut que le Parlement l’approuve, et le Parlement l’approuvera car tout le monde comprend bien que notre priorité numéro un est de rester dans la zone euro», a-t-il assuré. «Mais c’est un programme sur quatre ans, ce n’est pas quelque chose que nous pouvons faire aujourd’hui».

2 ans de délai supplémentaire

La Grèce a besoin d’obtenir de ses créanciers un délai supplémentaire de deux ans pour respecter ses objectifs budgétaires, ainsi que de liquidités de la Banque centrale européenne (BCE).

M. Samaras souligne que son pays est déterminé à adopter de nouvelles mesures d’austérité pour un montant de 11,7 milliards d’euros pour rester dans la zone euro, mais que celles-ci devraient s’appliquer sur quatre ans au lieu des deux ans prévus.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.