Le client Proximus, VOO, Orange, Telenet ou Scarlet pourra choisir librement son modem… d’ici deux ans

Le monde belge des télécoms se prépare à un grand changement : l’introduction de la liberté d’acheter le modem de son choix au moment de se connecter à Internet à la maison.

Georges Lekeu
Modem routeur d'un opérateur télécoms, accès à Internet à la maison
Les modems imposés par les opérateurs sont généralement associés à un norme Wi-Fi ancienne. ©Adobe Stock

En 2023 ou en 2024, le client Proximus, Scarlet, VOO, Orange ou encore Telenet sera en mesure de choisir librement son modem à l’heure de se connecter à Internet à la maison. L’abonné ne devra plus opter obligatoirement pour le boîtier fourni arbitrairement par l’opérateur télécoms. Affranchi de cette contrainte qui deviendra une option, il pourra acheter le modèle de son choix dans le commerce et le conserver même lorsqu’il changera de fournisseur.

Si le chemin est encore long avant que la mesure entre en vigueur, la Belgique vient de poser la première pierre du chantier. En ligne de mire : la consultation officielle lancée le 3 octobre 2022 par l’IBPT (Institut belge des services postaux et des télécommunications). Explications en 4 points :

  1. La situation actuelle en Belgique
  2. La législation européenne
  3. Ailleurs en Europe
  4. Le calendrier belge

1. La situation actuelle en Belgique

Dans 99% des cas, le fournisseur d’accès à Internet vous oblige à vous connecter à la maison avec son modem. Parmi les arguments invoqués : la sécurité, des contraintes techniques. D’une manière ou d’une autre, le coût de location est intégré et planqué dans le prix global de l’abonnement. Autres problèmes : ces boîtiers sont généralement bridés et/ou figés dans le passé.

Exemple : le modem Technicolor CGA4233 de VOO diffuse un signal sans fil à la norme Wi-Fi 5 de 2013. Or, pour bénéficier pleinement du très haut débit (1 Gbps), consommer moins d’énergie et/ou connecter plus efficacement un grand nombre d’appareils, il est préférable de miser sur le Wi-Fi 6 ou le Wi-Fi 6E (2021).

Proximus : voici les clients qui ont le droit de demander la nouvelle box Wi-Fi 6

Dans ce petit monde fermé, edpnet fait figure d’exception en recommandant sur son site sept modems « officiellement certifiés pour le réseau national VDSL en Belgique. »

2. La législation européenne

Dans ses règles qui définissent l’accès à un Internet ouvert, l’Union Européenne (UE) estime que « (…) les utilisateurs finals ont le droit (…) d’utiliser les équipements terminaux de leur choix. » (directive 2008/63/EG).

Pour le formuler autrement : aux yeux de l’UE, les clients des opérateurs télécoms ont le droit de brancher les appareils de leur choix (modem, routeur, décodeur TV) sur la prise murale de connexion au réseau fixe.

Avec quels bénéfices ? L’IBPT estime « qu’une liberté de choix du modem pourrait permettre aux clients finaux de changer plus facilement d’opérateur sur la même infrastructure réseau et même de pouvoir éventuellement choisir consciemment un appareil plus durable ou offrant des fonctionnalités supplémentaires. »

3. Ailleurs en Europe

Certains pays de l’Union Européenne appliquent déjà cette liberté de choisir son modem : Finlande (depuis 2014), Allemagne (depuis 2016), Italie (depuis 2018), Pays-Bas (depuis janvier 2022).

« En Allemagne », analyse l’IBPT, « il ressort que, trois ans après l’introduction de la loi supprimant les modems obligatoires, les modems câbles propres sont utilisés dans 3,5 % des raccordements à l’internet câblé sur le réseau câblé de Vodafone (près de 280 000 sur un total d’environ 8 millions de connexions câblées). »

« L’IBPT ne dispose donc pas d’indications que ces réglementations ont conduit à une réduction substantielle de la qualité de service dans ces pays. »

4. Le calendrier belge

L’IBPT, le gendarme des télécoms en Belgique, travaille sur un projet de décision qui officialisera la liberté de choisir son modem. Le Jusqu’au 3 novembre 2022, les opérateurs sont appelés à formuler leurs remarques par rapport à ce première version du texte. Et ensuite ? Le document devra être affiné et amendé avant d’être adopté.

Enfin, pour assurer cette transition, les opérateurs devront notamment publier toute une série d’informations techniques et procéder à des adaptations informatiques.  « L’IBPT considère qu’un délai de 6 mois après l’entrée en vigueur de la présente décision est suffisant pour mettre en oeuvre les adaptations informatiques nécessaires qui découlent de celle-ci. C’est à partir de ce moment que les utilisateurs finaux pourront connecter leurs propres équipements terminaux au réseau. »

Le processus s’annonce long, potentiellement semé d’embûches. Dans ces conditions, le client belge qui souhaite choisir son modem est prié de patienter jusqu’en 2023 au minimum, voire jusqu’en 2024.

« La solution la plus simple pour le client »

On peut clairement imaginer que cette perspective ne réjouit pas particulièrement Proximus, Orange, VOO et Telenet notamment. Nous avons interrogé ces quatre opérateurs à ce sujet, sans beaucoup de succès.

« Aujourd’hui », développe Telenet, « nous plaçons chez nos clients les modems sélectionnés par Telenet. Pour la majorité de nos clients il s’agit de la solution la plus simple, de plus, ce modem offre la meilleure garantie de compatibilité avec notre réseau et la meilleure qualité de services. Nous sommes en mesure de proposer le support nécessaire pour ce modem et cela nous permet également de garder le contrôle sur notre réseau, entre autres en termes de sécurité. Ceux qui souhaitent connecter leur propre modem peuvent le faire en installant ce matériel à côté du modem Telenet. Notre modem a une fonction de bridge, ce qui signifie qu’il ne fait que la conversion de DOCSIS vers Ethernet. De cette façon, les clients qui le souhaitent peuvent toujours utiliser de manière optimale leur propre matériel et routeurs. C’est en partie grâce à cela que l’on ne reçoit que rarement de demande de choix libre du modem. On constate également que dans les pays où c’est disponible, l’usage reste assez limité. »

« Pour le reste, nous allons à présent prendre le temps d’examiner le texte du projet de décision de l’IBPT plus en détails. »