Micro-citadines: l’émergence d’une autre forme de mobilité

Voitures plus petites, peu puissantes, moins polluantes, agiles en ville. La micromobilité peut-elle s’imposer ?

Jean-Christophe Herminaire
 90 km/h, jusque 230 km d’autonomie. Un «revival» assez réussi avec la Microlino
90 km/h, jusque 230 km d’autonomie. Un «revival» assez réussi avec la Microlino ©- 

"Le salon sera la traduction de notre vision d’avenir. Aujourd’hui, 7 à 8% de notre business se fait en dehors de la distribution automobile, mais l’ambition est de monter à 30% en 2028. On sort de notre secteur pour prendre pied dans l’énergie. De distributeur automobile, on devient acteur de l’éco-mobilité individuelle, dont on veut devenir leader", résume Jean-Marc Ponteville, porte-parole du groupe D’Ieteren. Dans un Salon de l’Auto recentré sur la vente automobile (le salon Motos disparaît), l’importateur bruxellois joue, lui, la carte de la mobilité tous azimuts. Au centre du palais 11 occupé par les marques du groupe Volkswagen, seront regroupées les initiatives où s’investit l’importateur lui-même. Ce sont notamment les voitures partagées Poppy, le réseau de vente de vélos Lucien, les solutions de recharge solaire EDI et Go-Solar.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...