Où trouver les pellets les moins chers, comment les choisir, que faire des cendres… 5 questions par rapport au pellet

De nombreux Belges ont investi dans le pellet pour chauffer leur logement, ces dernières. Face aux prix des pellets qui continuent de rester élevés, plusieurs questions se posent.

Arnaud Wery
Wood pellets
Wood pellets ©Mikael Damkier — Fotolia

Pour la première fois de 2022, le prix moyen des pellets en Belgique a connu une baisse significative en décembre. Un combustible dont le coût est actuellement plus élevé que le mazout mais qui a séduit de plus en plus de ménages en Wallonie. Dans cette optique, la Wallonie vient d’éditer un guide gratuit rédigé par les Guichets Energie Wallonie, la Febhel (la Fédération interprofessionnelle belge du bois énergie) et Valbiom.

1. Où trouver les pellets au meilleur prix ?

C’est évidemment la première question que se posent les propriétaires de poêles à pellets : où s’alimenter en granulés de bois au prix le plus bas. Selon les auteurs du fascicule “Mythes et réalités des pellets”, édité par la Wallonie “de manière générale, on observe que les prix pratiqués dans les enseignes de la grande distribution sont souvent supérieurs à ceux pratiqués par des revendeurs indépendants.” Les experts soulignent qu'” en réalité, le facteur qui a le plus d’impact sur le prix des pellets n’est pas tellement le “où”, mais le “quand” acheter ses pellets. En effet, la plupart des fournisseurs appliquent un prix “été” et un prix “hiver”.

2. Comment choisir des pellets ?

Dans le monde des pellets, les marques sont multiples Pas toujours évident de s’y retrouver. Avant d’acheter une marque en grande quantité, testez d’abord 5 ou 6 sacs. Cela vous permettra de voir s’ils produisent peu ou beaucoup de cendres, s’ils noircissent rapidement la vitre ou encore s’ils ne provoquent pas du bruit en passant dans la vis sans fin (dû par exemple à leur longueur…).

Les experts préconisent également de choisir un pellet certifié DINplus ou ENplus. “Les certifications garantissent que les produits labellisés répondent aux exigences spécifiques et se basent sur les normes en vigueur ou les surpassent.

Si pour vous un pellet de qualité rime aussi avec proximité, le label “Bois local” met l’accent sur les circuits courts wallons en vérifiant que le bois provient de forêts situées à proximité de l’endroit où il est transformé.”

Autre conseil facile à mettre en œuvre : “Soulevez le sac de pellets et vérifiez la présence de poussières ou de sciures dans le fond du sac… Un pellet de qualité n’est pas friable et doit donc présenter une bonne cohésion !”

3. La production de pellets provoque-t-elle la déforestation de la Wallonie ?

Non, affirment les experts. “Les pellets produits en Wallonie sont très majoritairement produits au départ de sous-produits de l’industrie de transformation du bois, comme par exemple la sciure générée par l’activité normale de sciage du bois. Il est rarissime (mais pas impossible) que des bois soit directement broyés afin d’être transformés en pellets. Il s’agit alors de bois déclassés (trop tordus, fourchus, présentant des défauts de conformation non détectés lors de l’abattage, etc.) qui ne peuvent être valorisés en sciage. Il n’est d’ailleurs économiquement pas rentable, en Wallonie, d’acheter du bois de qualité pour le broyer jusqu’à l’état de sciure et transformer celle-ci en pellets.”

4. Que faire des cendres des pellets ?

En fonction de votre usage, il est recommandé de nettoyer et de vider les cendres une à plusieurs fois par semaine. Les experts affirment qu’un sac de 15 kg produit en moyenne 120g de cendres. Ce cendres peuvent servir à nettoyer les vitres, à faire du savon ou encore comme alternative au sel pour lutter contre le verglas. Au jardin, ces cendres ont aussi tout leur intérêt. Mais à utiliser avec parcimonie.

5. Les agro-pellets (litière de chats…) peuvent-ils être une alternative ?

Vu les prix, des consommateurs peuvent être tentés de remplacer les granulés de bois par des agro-pellets (des pellets à base de miscanthus, de lin, de tournesol…). Des pellets qui existent déjà par exemple sous forme de… litière pour chats. Les experts de Valbiom mettent en garde contre l’utilisation actuelle d’agro-pellets dans des foyers destinés aux pellets. Certains types (litière de chats, par exemple) pourraient causer des dégâts irréversibles au poêle.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...