Cambio fête ses 20 ans et compte désormais 61.000 utilisateurs

Le système de voitures partagées Cambio fêtera officiellement ses 20 ans d’existence ce week-end à Namur. En deux décennies, il est passé d’une station et de trois voitures à 75 stations et 170 voitures en Wallonie, pour 4.000 utilisateurs au sud du pays.

Belga
Cambio fête ses 20 ans et compte désormais 61.000 utilisateurs

Au niveau national, la flotte compte 2.050 véhicules et 61.000 utilisateurs. "La petite initiative d’il y a 20 ans, dont on disait qu’elle n’allait jamais fonctionner, s’est muée en un très grand succès", se réjouit Nicolas Bodelet, porte-parole de Cambio. 

Le succès se traduit notamment dans des taux d’occupation des véhicules très importants, de presque 50% aujourd’hui. "Cela signifie que les voitures sont en mouvement 12 heures sur 24", illustre le porte-parole. Avant la crise du Covid, l’évolution avait été plutôt linéaire et le taux d’occupation atteignait alors 38%. Les besoins, les habitudes et les modes de déplacement ont ensuite fortement changé avec la pandémie, le recours plus important au télétravail et la crainte de prendre des transports en commun bondés, explique Nicolas Bodelet.

Il attribue aussi cette hausse du taux d’occupation aux coûts de l’énergie et à la réflexion qu’un 2e véhicule pour un même ménage n’est plus nécessaire et l’est encore moins pour ceux habitant en ville.

Cambio est en effet un produit urbain, qui fonctionne surtout avec les transports en commun (bus, métro, tram, train) à proximité. Raison pour laquelle il est bien plus présent et développé à Bruxelles et en Flandre, où les bassins de vie sont tout autres. "Namur n’est pas comparable à Gand ou Anvers par exemple, où il est bien plus facile de se débarrasser de sa voiture", analyse le porte-parole de Cambio.

Une voiture Cambio en remplace 15 privées

Selon les données de l’entreprise, il y a eu 25.564 véhicules en moins sur les routes belges l’an dernier grâce à ce système, sachant qu’une voiture Cambio en remplace 15 privées.

Le système de carsharing, lancé en mai 2002, met à disposition des véhicules 24h/24, que ce soit pour des particuliers, des organisations ou des sociétés. Ils sont disposés dans des stations fixes, à différentes places et dans plusieurs villes. L’utilisateur paie en fonction de l’utilisation (durée et kilomètres) sans avoir à se soucier de l’assurance, du contrôle technique ou de l’entretien et doit ramener le véhicule à la station de laquelle il est parti. 

La flotte est composée de différents types de véhicules pour répondre aux besoins des clients. Ce sont principalement des voitures citadines, mais il existe aussi des berlines, des minivans ou des fourgonnettes. Il n’y a pas encore de modèles électriques en Wallonie, au contraire de Bruxelles ou de la Flandre. Mais Cambio y pense sérieusement, assure son porte-parole, qui pointe la question de la rentabilité et des infrastructures de recharge.

Le TEC est l’actionnaire majoritaire de l’entreprise en Wallonie. Les deux partenaires et la Ville de Namur organisent d’ailleurs samedi après-midi un événement aux Capitaineries afin de fêter les 20 ans d’existence de Cambio.