Une « machination » allemande ?

Tout cela, c’est la faute des Allemands, pose Patrice d’Oultremont. Ou plutôt, corrige-t-il, les Allemands ont bien joué le coup, en faisant adopter en son temps à l’Europe un virage énergétique que tout le monde a applaudi. «Mais dans aucune loi belge, il n’est démontré que l’éolien permet une réduction effective de l’émission de CO2», insiste Patrice d’Oultremont.

P.L.
Une « machination » allemande ?
urn:newsml:dpa.com:20090101:110328-99-06212 ©DPA/Reporters

Ce virage énergétique trouverait donc son origine… «dans la réunification de l'Allemagne, quand il s'est agi de marier deux systèmes de production fondamentalement différents, le premier, à l'ouest, basé sur le nucléaire, le second, à l'est, fondé sur le charbon».

«Les écologistes étaient alors au pouvoir avec les sociaux-démocrates, et le virage de l'énergie renouvelable a été pris», pose l'activiste de «Vent de Raison», pour qui l'objectif était de «donner un leadership à l'industrie allemande dans le secteur de l'énergie renouvelable». Restait à convaincre l'Europe d'embrayer avec une directive qui fixait des objectifs ambitieux de réduction de 20% des gaz à effets de serre à l'horizon 2020…

Si tel était le calcul, il a été payant: AEG, Siemens et les autres occupent sur ce marché une position dominante: l'Allemagne «exporte 77% de sa production en la matière».

Mais peut-être peut-on envisager la situation sous un angle inverse: si nos industriels avaient été suffisamment attentifs à cette évolution, initiée par le sommet de Rio, en 1992, peut-être une partie de cette manne industrielle serait-elle retombée chez nous?

Phi. Le.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...