De plus en plus d’agressions envers les professionnels de santé, l’Ordre des médecins inquiet

L’Ordre des médecins s’inquiète d’une augmentation des agressions physiques et verbales envers les professionnels de santé. L’année dernière, une septantaine de notifications d’agression ont été enregistrées, indique l’organisme professionnel, selon qui ces chiffres ne représenteraient que la partie émergée de l’iceberg.

Belga
Médecin
Image d'illustration. ©Fotolia (Illustration)

En 2022, l’Ordre des médecins a enregistré plus de 70 cas d’agression physique ou verbale envers des professionnels de santé. Il s’agit d’un record depuis 2016, année de la création d’un point de contact spécifique, après le meurtre du Dr Patrick Roelandt lors d’une consultation à domicile à Ingelmunster (Flandre occidentale) en 2015.

En sept ans, l’Ordre a reçu 434 notifications, dont 59 % pour des violences verbales, 21 % pour des violences psychiques, 17 % pour des violences physiques et 2 % pour des violences sexuelles, liste l’organisme.

Ces chiffres ne représenteraient pas l’ensemble des agressions commises envers les professionnels de santé. En parallèle du point de contact de l’Ordre des médecins, d’autres ont été créés au sein de cercles de médecins généralistes, d’hôpitaux et d’unions professionnelles.

Une enquête menée en 2017 auprès de plus de 3.700 praticiens belges a par ailleurs montré que 84,4 % des répondants ont été victimes d’une forme quelconque d’agression ou de violence dans le cadre de l’exercice de leur métier à un moment donné de leur carrière. Selon l’enquête, les femmes médecins et les jeunes médecins sont plus susceptibles d’être pris pour cible.

Afin de mieux mesurer le phénomène, l’organisme exhorte tous les médecins à signaler chaque cas d’agression (à la police, au cercle de médecins généralistes, à l’hôpital ou au point de contact national de l’Ordre des médecins, etc.). “Il est nécessaire de disposer de chiffres plus précis”, souligne-t-il, dans l’objectif de centraliser les notifications et d’élaborer un plan d’action. L’Ordre des médecins recommande par ailleurs de mener une campagne de sensibilisation auprès du grand public.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...