Procès des attentats à Bruxelles: l'ordinateur de la rue Max Roos révèle ses premiers secrets

La cour d'assises de Bruxelles chargée du procès des attentats du 22 mars 2016 a entamé mardi l'exposé du contenu de l'ordinateur retrouvé le même jour dans une poubelle de la rue Max Roos à Schaerbeek, où était situé l'un des deux appartements "conspiratifs".

Belga
 Les aménagements dans les planques et lieux conspiratifs (photo rue Max Roos) étaient sommaires.
Les aménagements dans les planques et lieux conspiratifs (photo rue Max Roos) étaient sommaires. ©Jla

Photos, lettres, documents de propagande, fichiers audio et vidéo, le PC regorge d'une mine d'informations permettant de contextualiser l'emploi du temps et les motivations des terroristes.

Cet ordinateur a abouti dans les mains des policiers grâce à la vigilance d'ouvriers de Bruxelles Propreté qui avaient repéré la machine dans un sac poubelle.

"Nous avons saisi des centaines d'objets, dans le cadre de cette enquête, mais celui-ci est crucial puisqu'il s'agit de l'ordinateur utilisé par les auteurs des attentats du 22 mars", a souligné Frédéric Vanesse, chef d'enquête adjoint à la police judiciaire fédérale.

Dès réception du PC le 22 mars, les enquêteurs de la Computer Crime Unit se sont penchés sur son utilisation la veille et le jour des attentats. Ils ont déterminé que le 21 mars, il n'y avait eu aucun usage de l'ordinateur entre 2h13 et 14H14. Ensuite, plusieurs fichiers ont été ouverts, dont une vidéo testament du terroriste Ibrahim El Bakraoui.

Durant la nuit précédant les attaques, des vidéos de propagande de l'État islamique ont été visionnées à trois reprises. Plusieurs documents dont le titre fait référence à Mohamed Abrini, Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui ont également été consultés. Les experts ont également pointé l'ouverture d'un dossier à 6h42 contenant des prêches d'Oussama Ben Laden et de plusieurs dirigeants de l'EI.

Les dernières manipulations des terroristes avant leur départ, entre 6h36 et 6h39, consistaient en la suppression de plusieurs fichiers. L'ordinateur étant entré en veille à 6h47, les enquêteurs estiment que son dépôt dans un sac poubelle rue Max Roos a eu lieu entre l'heure de sa mise en veille et le départ des terroristes en taxi vers l'aéroport de Zaventem à 7h16.

Parmi les dossiers suspects, les informaticiens ont pu déterminer que l'ordinateur avait contenu un dossier consacré au Stade de France (avec un plan et une vue aérienne) et à diverses informations sur le Bataclan. Un dossier "13 novembre" a également existé. Il contenait plusieurs sous-dossiers "groupe Omar" (terrasses), "groupe français" (Bataclan), "groupe iraquiens" (Stade de France), "groupe Schipol", "groupe métro"? Un texte de revendication, rédigé le 14/11/2015 à 00h15 alors que les attentats de Paris étaient toujours en cours à Paris, était également sur l'ordinateur.

Ils ont en outre découvert quatre photographies d'identité de deux kamikazes du Stade de France et des deux suspects arrêtés en Autriche.

"Nous avons identifié deux utilisateurs principaux pour cet ordinateur: Najim Laachraoui et Ibrahim El Bakraoui", a encore indiqué le chef d'enquête adjoint.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...