Piscines face à la crise énergétique: quelles pistes pour tenter de garder la tête hors de l’eau?

La plupart des piscines publiques sont au bord du gouffre: la crise de l'énergie pèse lourdement sur leurs finances. Quelles sont les pistes envisagées ?

Arnaud Wery
 Piscine  trois avec La Bruyre, Fernelmont et gheze? Ou  cinq avec Gembloux et Namur?
©EdA - 50742278708

À Saint-Hubert, l’avenir de la piscine sera-t-il collectif ? «Dans un futur proche, on n’aura pas le choix que de mutualiser les coûts de la piscine avec les communes voisines qui profitent de ce service soulignait le bourgmestre, lors du conseil communal de décembre. Cette fermeture n’est pas propre à Saint-Hubert, d’autres communes font de même». Un son de cloche relativement identique du côté de Ciney: «aucune commune n’intervient avec nous dans les frais de la piscine», souligne l’échevin. Pourtant, comme à Marche, la moitié des nageurs n’est pas originaire de la capitale du Condroz. Une intercommunale avait été envisagée «mais c’était au moment des affaires à Charleroi», l’idée avait alors été abandonnée. Mais elle reste dans un coin de la tête de l’échevin des sports.

Florian Giraudo, le directeur adjoint de l’association des établissements sportifs évoque plusieurs pistes : «Chacun cherche des solutions en fonction de son contexte et son fonctionnement, il y a “une chasse aux dépenses” qui apparaîtraient comme non indispensables actuellement, cela va jusqu’à couper l’eau chaude dans les douches dans certains cas extrêmes !

Augmenter les recettes en étant vigilant à ne pas le faire dans une proportion qui pourraient causer une diminution de la fréquentation car derrière cela, c’est la question de l’accès au sport qui peut être remis en question !

Le souci, c’est qu’étant donné l’explosion des tarifs de l’énergie et l’impact que cela a sur les budgets des infrastructures sportives, aucune des solutions précitées ne permettra de le compenser même de moitié. Nous sommes un peu démunis face à cette situation et c’est pour cette raison que sans une intervention des pouvoirs publics, le risque de fermeture est bien présent.»

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...