Travail illégal et violations sociales sur des chantiers Proximus en Belgique

L'inspection sociale a constaté des infractions au droit du travail et du travail illégal chez des sous-traitants de Proximus, selon l'Echo et De Tijd. L'entreprise affirme ne pas en avoir connaissance.

La Rédaction de L'Avenir
Image d'illustration: installation d'un réseau de fibre optique par les équipes de Proximus
©Sebastien Merchan

L'inspection sociale a constaté du travail illégal et des infractions au droit du travail chez des sous-traitants chargés par Proximus de déployer son réseau de fibres optiques, révèlent ce jeudi L'Echo et De Tijd.

"Nous avons inspecté 12 chantiers de construction simultanément. Nous avons constaté que 17 sous-traitants, 60 travailleurs, sept travailleurs indépendants et un stagiaire étaient actifs sur ces chantiers et nous avons détecté des violations sociales dans plus de la moitié des cas", déclare Eddy Van Herreweghe, directeur du dumping social et des réseaux de fraude à l'Inspection de l'ONSS, à nos confrères.

"Nous n'excluons pas que ce ne soit que la partie émergée de l'iceberg", ajoute Eddy Van Herreweghe.

Proximus a réagi avec surprise aux conclusions de l'inspection sociale, affirmant qu'elle n'en avait pas connaissance.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...