Alexander De Croo plaide pour un corps de police portuaire

Le Premier ministre Alexander De Croo a plaidé dimanche, sur le plateau de VTM, pour l'instauration d'un corps de police portuaire afin de lutter contre la criminalité liée à la drogue sur les 120 kilomètres carrés du port d'Anvers.

Belga
De Croo pleit voor havenkorps in strijd tegen drugscriminelen
©BELGA

La question est de savoir comment rendre du personnel disponible pour ce corps, car il ne conviendrait pas de priver les autres villes, a-t-il fait observer.

Il existe déjà une police de la navigation, qui est née de l'ancienne police maritime. Les brigades portuaires de l'ancienne gendarmerie y ont été transférés en 2001, lors de la réforme des services de police.

Le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever, n'a pas manqué de le rappeler. "Le Premier ministre lance l'idée d'un corps portuaire. Bien, mais cela existe déjà, cela s'appelle la police fédérale de la navigation, et ils sont moins de 100, alors qu'ils devraient théoriquement être 180. Ce qui ne serait encore que la moitié des 350 agents nécessaires", a-t-il tweeté, sans toutefois rappeler que Jan Jambon (N-VA) a aussi été ministre de l'Intérieur de 2014 à 2018.

M. De Croo a rappelé l'arrivée prochaine de cinq scanners de conteneurs et de douaniers supplémentaires. Le but serait de décupler le nombre de conteneurs contrôlés, qui est de 40.000 par an actuellement.

Enfin, le Premier ministre a évoqué le projet du ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) d'augmenter les amendes pour la consommation de drogues dures, pour les faire passer à 1.000 euros. Les amendes actuelles, qui sont de 75 à 150 euros, sont "ridiculement basses" pour un consommateur prêt à payer 50 euros le gramme de cocaïne.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...