Violences liées au milieu de la drogue à Anvers : le gouvernement désignera un commissaire national "drogue"

Face aux gros problèmes liés au milieu de la drogue à Anvers, le gouvernement a décidé de nommer un commissaire "drogue".

Belga
Kernkabinet eens over drugscommissaris
La ministre de l'intérieur, Annelies Verlinden, est à l'initiative de la création de cette nouvelle fonction. ©BELGA

Le gouvernement s'est accordé vendredi en comité restreint sur la proposition de la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), de désigner un commissaire national "drogue", a confirmé le cabinet de la ministre.

Mme Verlinden avait formulé cette idée jeudi en séance plénière de la Chambre au cours de laquelle elle a répondu à de nombreuses questions d'actualité sur la mort par balle d'une fillette à Anvers, victime vraisemblablement d'un règlement de comptes entre trafiquants de drogue. Ce commissaire serait chargé d'accorder entre elles les mesures prises à différents niveaux de pouvoir pour lutter contre le trafic.

L'objectif est de désigner "le plus vite possible" ce commissaire, a-t-on précisé au cabinet de la ministre.

Mme Verlinden s'est entretenue vendredi par téléphone avec la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, qui visitera le port d'Anvers le 7 février. "Nous sommes déterminés à intensifier la lutte contre le trafic de drogue", a dit la commissaire.

L'incinérateur peut brûler jusqu'à 20 tonnes de cocaïne par semaine

La capacité de destruction de la cocaïne par incinération en Flandre, peut, si nécessaire, atteindre les 20 tonnes par semaine, a fait savoir vendredi la ministre régionale de l'Environnement Zuhal Demir. En novembre dernier, le SPF Finances avait indiqué que la capacité serait sensiblement augmentée.

La police fédérale a récemment tiré la sonnette d'alarme. Elle estimait qu'il existait trop peu de capacité de destruction de la cocaïne saisie. En conséquence, les stocks ont pris des proportions dangereuses.

Selon Zuhal Demir, l'incinérateur autorisé à procéder à ces destructions a entretemps augmenté sa capacité de 1 à 4 à 5 tonnes par semaine. Si nécessaire, celle-ci peut être portée à 20 tonnes. Selon la ministre, le stock est presque totalement éliminé.

L'année dernière, pas moins de 110 tonnes avaient été saisies au port d'Anvers.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...