En difficulté financière, la FWB met en place un mécanisme de revue de ses dépenses

En difficulté financière, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé jeudi de créer au sein de l'administration du Budget une cellule qui sera chargée de mettre en oeuvre une politique de "revue des dépenses" (spending review) dans l'espoir de retrouver un peu de marges budgétaires.

Belga
 Le ministre du Budget, Frédéric Daerden, s’est félicité de la gestion de la dette devant les parlementaires.
Le ministre du Budget de la FWB, Frédéric Daerden. ©BELGA

Mené sur base annuelle, ce cycle d'analyses impliquera autant l'administration que les cabinets ministériels. Des groupes techniques éventuellement aidés d'experts seront chargés de passer au crible les différentes dépenses dans des domaines spécifiques.

Sur base de leurs résultats, ces groupes techniques formuleront des propositions de réformes au gouvernement, qui restera libre de les appliquer ou non.

Pour l'année 2023, ces groupes techniques s'attacheront plus spécifiquement à analyser les dépenses en matière de bourses d'études, les subsides sociaux, les mécanismes de financement du secteur de l'Aide à la jeunesse, la politique de détachement de membres du personnel de l'enseignement et les aides à la presse.

Pour la mise en œuvre de cette politique de revue des dépenses, la FWB a sollicité l'appui de l'OCDE. Le coût de cette consultance a été assuré par la Commission européenne dans le cadre d'un appel à projets.

En adoptant ce mécanisme de revue des dépenses, le gouvernement fédératif suit la voie empruntée par son homologue wallon depuis le début de la législature déjà.

En déficit chronique depuis des années, dépourvue de ressources propres, la Fédération Wallonie-Bruxelles se trouve dans une situation financière délicate.

En novembre dernier, son ministre du Budget, Frédéric Daerden (PS), annonçait ainsi que, à politique inchangée, le déficit budgétaire -déjà important- de la FWB devrait encore se détériorer de quelque 65% d'ici 2026.

D'un milliard en 2023, le déficit annoncé de l'entité devrait ainsi passer à 1,38 milliard en 2024, puis 1,47 milliard en 2025, et même 1,65 milliard en 2026, soit plus que le dérapage historique de 1,54 milliard enregistré en 2020, une année qui s'était révélée particulièrement coûteuse en raison de la pandémie de coronavirus.

M. Daerden avait alors précisé que le rapport déficit/recettes de la FWB devrait ainsi passer de 7,54% en 2023 à 12,49% en 2026.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...