Une action syndicale menée devant le siège de la police fédérale

Les syndicats de police ont mené une action en réponse à un projet d'arrêté royal dont le but est de modifier la la position juridique du personnel des services de police sur la question de la non-activité préalable à la pension (NAPAP).

Belga
BRUSSELS, BELGIUM - JANUARY 11 : Police trade unions protest outside the headquarters of Federal Police, protest pictured on JANUARY 11, 2023 in Brussels, Belgium, 11/01/2023 ( Photo by Philip Reynaers / Photonews
Plusieurs syndicats de police manifestent ce jour. ©PRE

Les syndicats du SLFP police, la CGSP, le SNPS, et la CSC services publics ont mené une action devant le siège de la police fédérale ce mercredi midi en réponse à un projet d'arrêté royal de la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden (PS). Celui-ci vise à modifier la position juridique du personnel des services de police sur la question de la non-activité préalable à la pension (NAPAP). L'action est menée devant le siège, car c'est là que doivent se dérouler les négociations autour du projet à 13h00.

Les syndicats attendaient une cinquantaine de personnes par syndicat. Ils étaient entre 300 et 400 d'après la police.

"Ce qu'on réclame aujourd'hui, c'est qu'on transfère ce débat à madame Lalieux (PS) (ministre fédérale des Pensions, NDLR)", explique Eddy Quaino, permanent police à la CGSP. "On est ici pour faire monter une première pression au niveau politique. Aujourd'hui, c'est un mouvement quasiment spontané. On ne touche pas aux pensions !"

"Ce projet d'arrêté vient de nouveau toucher un acquis des policiers. Pourtant, tout le monde s'accorde à dire qu'on est dans un métier pénible", ajoute le syndicaliste.

Au mois d'octobre 2022, la CGSP avait souligné la faiblesse de la proposition de revalorisation salariale et les intentions de rediscuter l'avenir de la non-activité préalable à la pension.

Le syndicat des services publics affirme notamment réclamer depuis 2014 un véritable congé préalable à la pension en matière d'aménagement de fin de carrière pour tous les membres du personnel de la police intégrée.

Le syndicat explique en outre, que le projet d'arrêté de la ministre prévoit une suppression du droit à la non-activité préalable à la pension pour les membres du personnel du cadre opérationnel et les officiers à partir du 31 décembre 2032.

Les syndicats se rassemblent donc pour tenter d'obtenir une revalorisation salariale et un dispositif d'aménagement de fin de carrière, garanti par un financement structurel fédéral pour tous les membres de la police intégrée. Ils soulignent notamment la dangerosité et la pénibilité de leur métier.

Un préavis de grève national pour le 27 janvier devrait également être déposé.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...