La police témoigne au procès des attentats de Bruxelles: "Ça s’apparentait à une scène de guerre"

Le procès devant la cour d’assises de Bruxelles des attentats du 22 mars 2016 s’est poursuivi par la présentation lundi, en fin de matinée, des premières constatations judiciaires opérées dans la station de métro de Maelbeek, où une explosion a coûté la vie à 16 personnes.

Belga
Chairwoman of the court Laurence Massart pictured during a session of the trial of the attacks of March 22, 2016, at the Brussels-Capital Assizes Court, Wednesday 04 January 2023 at the Justitia site in Haren, Brussels. On March 22 2016, 32 people were killed and 324 got injured in suicide bombings at Zaventem national airport and Maalbeek/ Maelbeek metro station, which were claimed by ISIL. BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK
Le procès des attentats de Bruxelles.

Celle qui était commissaire judiciaire de la police fédérale, cheffe d’équipe à la police criminelle, et un technicien, à l’époque, pour le laboratoire de la police technique et scientifique de la PJF de Bruxelles ont exposé, via des images parfois très dures, les premiers éléments découverts lorsqu’ils ont pénétré sur les lieux de l’attentat.

La commissaire de la police judiciaire fédérale est arrivée à la station de Maelbeek à 09h40 le 22 mars 2016 mais a dû attendre l’autorisation du service de déminage de l’armée avant de pénétrer sur les lieux, vers 11h30. Elle a décrit à la cour un “climat de tension palpable” et, comme de multiples intervenants avant elle, un effet de saisissement lors de ses premiers pas sur les lieux de l’explosion. “J’ai plus de 25 ans de carrière, des scènes de crime, j’en ai connu et gérées par dizaines. Ici, c’est différent. Ça s’apparente à ce qu’on imagine être une scène de guerre. C’est très différent de ce à quoi on a été confrontés jusque-là”, témoigne-t-elle.

Les deux témoins ont exposé, avec force détails, l’immensité des éléments retrouvés sur le quai de la station du côté de la rame qui a explosé ainsi que dans les voitures.

De nombreux éléments ont été retrouvés sur le ballast à hauteur de la troisième voiture de la rame de métro, soit à côté de l’endroit où la deuxième voiture a explosé avant de s’arrêter quelques mètres plus loin. C’est à cet endroit, projetés sur la voie en dessous du quai et le long du mur de soutènement, que les premiers corps ont été retrouvés. Il s’agissait de deux hommes et d’une femme, détermineront par la suite les enquêteurs.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...