Armes fournies à l'Ukraine: la Belgique en queue de peloton au sein de l'Otan, selon le GRIP

Les États-Unis ont été sans surprise le principal pays pourvoyeur d'armes à Kiev depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, avec des livraisons qui ont atteint au moins 18,10 milliards de dollars, devançant de loin, au sein de l'Otan, l'Allemagne, le Royaume-Uni et la Pologne, alors que la Belgique se situe en toute fin de peloton, indique un rapport communiqué jeudi par le GRIP (Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité).

Belga
FILE - In this image released by the U.S. Department of Defense, German soldiers assigned to Surface Air and Missile Defense Wing 1, fire the Patriot weapons system at the NATO Missile Firing Installation, in Chania, Greece, on Nov. 8, 2017. Patriot missile systems have long been a hot ticket item for the U.S. and allies in contested areas of the world as a coveted shield against incoming missiles. In Europe, the Middle East and the Pacific, they guard against potential strikes from Iran, Somalia and North Korea. So it was a critical turning point when news broke this week that the U.S. has agreed to send a Patriot missile battery to Ukraine (Sebastian Apel/U.S. Department of Defense, via AP, File)
Parmi les 30 pays membres de l'OTAN, 27 ont participé aux livraisons d'armes et matériel militaire à l'Ukraine entre le 1er janvier et le 30 novembre 2022.

Parmi les trente pays membres de l'OTAN, 27 ont participé aux livraisons d'armes et matériel militaire à l'Ukraine entre le 1er janvier et le 30 novembre 2022, détaille le rapport, qui mentionne l'Albanie, l'Allemagne, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, la Croatie, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, les États-Unis, la France, la Grèce, l'Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Macédoine du Nord, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie et la Turquie.

D'après les estimations citées par le GRIP et fondées sur des données officielles, ces pays ont contribué à 32,3 milliards de dollars sur les 33,2 milliards des livraisons globales. Les États-Unis restent le pays qui a fourni le plus d'équipements militaires à l'armée ukrainienne, avec 18,10 milliards - un chiffre dépassé par de nouvelles annonces faites à Washington depuis la fin novembre. Les États-Unis sont suivis de loin par l'Allemagne (4,127 milliards), le Royaume-Uni (3,509 milliards) et la Pologne (2,318 milliards).

Les auteurs du rapport relèvent que les États-Unis avaient déjà accéléré les livraisons d'armes à l'Ukraine avant l'éclatement du conflit, le 24 février dernier.

La Belgique n'arrive qu'en avant-dernière position des 18 pays membres de l'Alliance atlantique pour lesquels des chiffres sont disponibles, avec 9,514 millions de dollars de matériel militaire à l'Ukraine, loin derrière les Pays-Bas, sixièmes de ce classement, avec 837 millions, indique le rapport. Il appelle toutefois à considérer ces données "avec prudence" car "elles ne sont pas intégralement vérifiables en l'absence notamment de la connaissance de valeur unitaire de chaque bien exporté" vers l'Ukraine.

Seuls 3 pays n'ont pas livré d'armes à l'Ukraine

En date du 30 novembre dernier, seuls trois alliés - le Monténégro, l'Islande et la Hongrie - n'avaient pas envoyé d'armes à l'Ukraine. L'absence d'armée islandaise et les capacités militaires limitées du Monténégro ne leur permettent pas d'exporter des armes vers d'autres pays. Dans le cas hongrois, le Premier ministre Viktor Orban a annoncé au début du conflit que son pays ne livrerait pas d'armes à l'Ukraine, rappelle le GRIP.

Dans le contexte de la guerre en Ukraine, l'UE a accepté de financer le transfert d'armes létales vers un pays tiers en guerre pour la première fois depuis sa création en activant le 28 février sa Facilité européenne pour la paix (FEP) pour financer la fourniture d'équipements et de matériel militaire aux forces armées ukrainiennes. Au mois d'octobre 2022, le budget de la FEP dédiée à l'Ukraine était d'environ 3,2 milliards de dollars (soit 3,1 milliards d'euros). Les livraisons d'armes réalisées dans ce cadre doivent cependant être autorisées par les États membres qui demeurent compétents en cette matière.

Les chercheurs du GRIP soulignent également que d'autres pays non membres de l'Otan ou de l'Union européenne - comme l'Australie, la Bosnie-Herzégovine, Israël, la Jordanie, le Pakistan ou Taiwan - ont également livré armes, munitions et/ou matériel militaire à Kiev.

Les livraisons concernent essentiellement des armes catégorisées comme ML3 (munitions et dispositifs de réglage de fusées) et ML4 (bombes, torpilles, roquettes, missiles, autres dispositifs et charges explosives et matériel et accessoires connexes et leurs composants).

Selon le GRIP, la publication, d'ici la fin du premier semestre 2023, des rapports annuels sur les exportations d'armes et de matériel militaire, que ce soit dans le cadre du Traité sur le commerce des armes (TCA), de l'UE ou au niveau national, pourrait fournir davantage d'informations sur les livraisons réalisées dans le cadre de la guerre en Ukraine. Il sera alors peut-être possible de confirmer, d'infirmer ou d'affiner les tendances observées et analysées dans ce rapport. "Toutefois, il faudra là encore se satisfaire du degré de transparence consenti par les États exportateurs d'armements", souligne le GRIP.

Ses chercheurs appellent enfin à accorder "la plus grande attention" au risque à plus ou moins long terme de détournement des armes livrées à l'Ukraine, "un pays en guerre, déjà caractérisé en temps de paix par un fort taux de corruption et des pratiques douteuses en matière de trafic d'armes".

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...