François De Smet réélu à la présidence de DéFI avec 59 % des voix

Le président sortant de DéFI, François De Smet, a été réélu dimanche par les militants de DéFI en ordre de cotisation avec 59 % des voix.

Belga
 Le président de DéFI, Francois De Smet.
Le président de DéFI, Francois De Smet. ©BELGA

L’autre candidat, Michaël Vossaert, actuellement député bruxellois et chef de groupe au Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles, a été crédité de 41 % des suffrages.

Pascal Goergen, échevin à Grez-Doiceau et actuel président sortant du comité permanent wallon du parti, avait pour sa part renoncé à sa candidature.

Pour le poste de secrétaire général du parti, Pascal Freson, échevin à Evere et actuellement trésorier du comité permanent bruxellois, a été élu dimanche avec 88 % des suffrages.

C’est Fabian Maingain, actuellement échevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles, qui a été obtenu le poste de président du comité permanent de Bruxelles, avec 81,7 % des voix. Il succède ainsi à Michaël Vossaert.

Maxime Timmerman, conseiller communal à Beersel, est quant à lui le nouveau président du comité permanent pour la périphérie. Il a bénéficié de 89,6 % des voix.

Enfin, pour le poste de président du comité permanent de la Wallonie, le résultat a été très serré. C’est Daniel Soudant, conseiller communal à Châtelet, qui hérite du mandat pour quatre ans, appuyé par 51 % des voix.


Vossaert va poursuivre le dialogue avec "les militants qui ont "envie d'une alternative"

Crédité ce 4 décembre 2022 de 41% des votes des militants de DéFI, qui ont accordé la majorité de leurs suffrages au président sortant François De Smet, le candidat malheureux Michaël Vossaert a estimé que son score personnel constituait un message collectif qui devait être entendu au sein de la formation amarante.
DeFI's Michael Vossaert delivers a speech at the closing session of the summer university of French speaking party DeFI (former FDF), Sunday 11 September 2022 in Wavre. BELGA PHOTO HATIM KAGHAT
Michaël Vossaert estime que son score personnel dans la course à la présidence de DéFI constitue un message collectif qui doit être entendu au sein de la formation amarante.

"Je suis venu avec le souhait de mieux identifier ma formation sur l'échiquier politique francophone du pays, avec l'attente de mieux identifier les dossiers socio-économiques, et de pragmatisme environnemental. Il appartient au président élu de prendre l'initiative et de tenir compte de la complémentarité entre le travail des mandataires et le dynamisme des militants grâce auxquels le parti vit", a-t-il commenté, interrogé à l'issue des votes. Michaël Vossaert entend lui-même poursuivre le dialogue avec les militants qui ont "envie d'une alternative" tout en continuant à assurer la visibilité de DéFI en Fédération Wallonie Bruxelles, a-t-il conclu.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...