Le témoignage glaçant d’une militaire sur les abus dans l’armée belge: « Je ne pouvais plus bouger »

Deux femmes sur trois dans l’armée belge sont confrontées à des comportements sexuellement transgressifs au cours de leur carrière, rapporte la VRT. La chaîne a interrogé Lena (prénom d’emprunt), qui a raconté son calvaire lors d’une soirée.

T.Be.
 (photo prétexte)
(photo prétexte) ©BELGA

" Je ne bois pas normalement. C’était une soirée agréable. Tout le monde buvait et soudain tout est devenu noir. Je n’avais jamais connu cela auparavant ", explique Lena, venue partager son témoignage lors de l’émission Terzake sur la VRT.

Lorsqu’il s’avère qu’elle est trop ivre pour prendre le volant, son supérieur lui propose de la déposer chez elle. Cela semble être l’option la plus sûre. À moitié inconsciente, elle finit par se réveiller non pas chez elle, mais chez lui. Elle est alors agressée sexuellement.

"J’ai toujours pensé que lorsque quelque chose comme ça arrive, il faut se battre. Maintenant je sais que ce n’est pas le cas. Vous vous entendez penser, vous vous entendez dire: bouge ! Mais cet ordre reste dans votre cerveau et votre corps ne fait rien. Ton corps n’est plus le tien."

Le cas de Lena n’est pas isolé au sein de l’armée. Remarques sexistes, textos obscènes, tape "innocente" sur les fesses, voyeurisme et viol. La liste est longue de ces comportements innommables.

À l’ACOD Defensie (syndicat), on compte au moins un rapport chaque mois pour des comportements sexuellement transgressifs, selon la représentante Natasja Gaytant.

Selon une étude réalisée par l’adjudant-major Kaatje Buyse, 67% des femmes militaires sont confrontées à des comportements sexuels transgressifs, physiques ou autres, au cours de leur carrière. Et la peur de témoigner est bien là.

Dans l’étude de Kaatje Buyse, 3 femmes soldats sur 10 disent que ces comportements affectent leur bien-être: certaines tombent dans la dépression ou l’épuisement. Certaines femmes militaires abandonnent même définitivement l’armée.

L’année dernière, la Défense a lancé une campagne de sensibilisation contre les comportements transgressifs. Mais cela reste insuffisant.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...