Paralysé depuis février, ce chirurgien belge poursuit ses opérations… en fauteuil roulant

En fauteuil roulant depuis un grave accident, un chirurgien belge continue malgré tout d’opérer ses patients.

La Rédaction de L'Avenir
Geoffroy Vandeputte
Le Dr. Geoffroy Vandeputte (53 ans) fait fi de sa récente paralysie pour faire ce qu’il a fait depuis toujours : opérer. ©© Joren De Weerdt

L’histoire est belle. En Flandre, le Dr. Geoffroy Vandeputte (53 ans) fait fi de sa récente paralysie pour faire ce qu’il a fait depuis toujours : opérer.

Chirurgien depuis 22 ans, le docteur lierrois a pourtant vu sa vie basculer en février lors d’une balade en VTT à Aarschot. Victime d’un accident malheureux, il se blesse gravement. Côtes cassées, poumon perforé, colonne vertébrale atteinte : le médecin perd l’usage de ses jambes.

Contraint au fauteuil roulant, le Dr. Vandeputte ne se laisse pas abattre pour autant. Dès les premières de sa revalidation, il essaye déjà de trouver des solutions pour revivre et travailler normalement.

« J’ai trouvé une vidéo sur internet dans laquelle on voyait un chirurgien américain en fauteuil roulant. Je suis aussi entré en contact avec un confrère luxembourgeois qui travaille en fauteuil roulant. Comme eux, je voulais Je voulais les imiter, explique-t-il dans les colonnes du quotidien « Het Laatste Nieuws ». Aider un patient est un sentiment fantastique et je voulais revivre ça. »

Bien aidé par la direction et les collègues de l’hôpital de Lierre, où il exerce, mais aussi par sa spécialité - la chirurgie orthopédique – qui lui permettait déjà d’opérer en restant assis, Geoffroy Vandeputte réussit son pari moins de huit mois après son tragique accident.

« Je ne serai plus en mesure d’effectuer des travaux lourds, comme les opérations de la hanche, mais j’ai la conviction que je suis encore capable de faire du bon travail […] Le fait que j’étais un athlète bien entraîné a également aidé à accélérer ma rééducation. »

Toutefois, si le moral et le physique du chirurgien ont joué une part importante dans son retour aux affaires, le Dr. Vandeputte doit aussi beaucoup à son fauteuil roulant électrique. Un fauteuil qui « peut même me faire tenir debout pendant les opérations », explique-t-il, fier de cette technologie dont le prix dépasse les 30.000 euros et pour laquelle il a dépensé plus de 15.000 euros de sa poche.

Père de six enfants, Geoffroy Vandeputte ne se considère toutefois « pas comme un modèle ». « Si vous êtes bien entouré par votre famille, vos amis et vos collègues, vous êtes capable de beaucoup de choses », conclut-il dans « Het Laatste Nieuws ».