2 policiers attaqués au couteau à Schaerbeek ce jeudi 10 novembre: le parquet fédéral se saisit de l’enquête

Le dossier sur l’attaque dont ont été victimes deux policiers de la zone de police Bruxelles-Nord ce jeudi 10 novembre 2022 a été confié au parquet fédéral étant donné que l’acte commis pourrait être de nature terroriste.

 Une patrouille de la zone de police Bruxelles-Nord a été attaquée par un individu armé d’un couteau, ce jeudi soir vers 19h15, rue d’Aerschot à Schaerbeek.
Une patrouille de la zone de police Bruxelles-Nord a été attaquée par un individu armé d’un couteau, ce jeudi soir vers 19h15, rue d’Aerschot à Schaerbeek. ©AFP

L’enquête au sujet de l’agression de deux policiers, dont un est décédé, jeudi soir à Schaerbeek, a été reprise par le parquet fédéral, a indiqué, jeudi en fin de soirée, Eric Van der Sypt, porte-parole du parquet fédéral. Le dossier a été confié au parquet fédéral étant donné que l’acte commis pourrait être de nature terroriste. Selon divers médias, l’auteur des faits aurait crié "Allahu Akbar".

Une patrouille de la zone de police Bruxelles-Nord a été attaquée par un individu armé d’un couteau, ce jeudi soir vers 19h15, rue d’Aerschot à Schaerbeek. D’autres policiers sont venus en renfort et ont tiré sur l’assaillant afin de le maîtriser. Les deux policiers et l’auteur, blessés, ont été emmenés à l’hôpital. L’un des policiers, qui a été touché au cou, est entre-temps décédé des suites de ses blessures.

D’après divers médias, l’auteur des faits, qui a été touché aux jambes et à l’abdomen, serait lui aussi décédé, mais cette information n’est pas confirmée.

Un périmètre a été dressé et divers devoirs d’enquête ont été ordonnés par le parquet de Bruxelles. Selon divers médias, l’auteur aurait crié "Allahu Akbar", mais cette information n’a pas été confirmée. Néanmoins, compte tenu du fait qu’il pourrait s’agit d’une agression commise dans un contexte terroriste, l’enquête a été reprise par le parquet fédéral.

Par ailleurs, selon Le Soir, le suspect s’était présenté dans un commissariat d’Evere, un peu plus tôt dans la journée de jeudi, en expliquant son intention de commettre un attentat contre des policiers. Sous la supervision d’un magistrat, il a accepté d’être emmené dans un hôpital afin d’être soumis à une évaluation psychiatrique, d’où il semblerait avoir été relâché.