Grève générale en Belgique ce mercredi 9 novembre: «La mobilisation est réussie», estime Thierry Bodson

La mobilisation, dans le cadre de la grève générale ce mercredi 9 novembre 2022, est tout à fait réussie « déjà sur base des premières informations reçues ce matin » concernant l’ensemble de la Wallonie et de Bruxelles, selon le président de la FGTB Thierry Bodson.

 Thierry Bodson, le président de la FGTB.
Thierry Bodson, le président de la FGTB. ©Photo News

Les militants de la FGTB se sont mobilisés en nombre ce mercredi dans le cadre de la journée de grève nationale interprofessionnelle visant à réclamer notamment des mesures concrètes pour renforcer leur pouvoir d’achat.

Thierry Bodson, président de la FGTB, était présent ce mercredi en début de matinée parmi des militants dans le zoning industriel de Seneffe-Manage.

Selon le syndicat socialiste, les salaires des salariés sont toujours bloqués, malgré deux années de négociations, après une audition à la Chambre à la suite de la pétition citoyenne lancée par la FGTB et malgré de nombreuses actions de revendications menées en front commun.

« Ni les patrons ni le gouvernement n’ont voulu entendre le signal de la rue »

"La mobilisation est tout à fait réussie déjà sur base des premières informations reçues mercredi matin concernant l’ensemble de la Wallonie et de Bruxelles", a commenté Thierry Bodson, président de la FGTB. "On peut dire que l’activité économique était vraiment au ralenti dès le début de la journée. Il y a eu une manifestation en juin, soit 100.000 personnes à Bruxelles, mais cela n’a pas été suivi d’effet. Ni les patrons ni le gouvernement n’ont voulu entendre le signal de la rue. Sans réponse, dès le 28 juin, nous avions prévu la grève générale de ce 9 novembre", a-t-il rappelé.

"Dans nos principales revendications, nous demandons; notamment, un plafonnement des prix de l’énergie en Belgique: ce plafonnement se mettra en place en Allemagne au 1er janvier 2023, il est déjà en place en France. Nous ne pouvons pas être entourés de pays qui le font et nous ne pas le faire, ce serait mauvais pour l’économie, les entreprises, les citoyens, les travailleurs. Par ailleurs, il faut rappeler que l’indexation automatique des salaires protège partiellement contre la perte de pouvoir d’achat puisque, par exemple, les carburants ne sont pas dans le panier qui calcule l’indice des prix à la consommation", affirme encore le président de la FGTB.

Suivez la situation en direct :