Greffier du Parlement wallon: la confiance aveugle du Bureau

Le rapport sur les dépenses du Parlement wallon a bien été présenté aux députés lundi. L’opposition réagit.

Pascale Serret
 Le relevé des dépenses liées aux chantiers immobiliers du Parlement wallon a été présenté.
Le relevé des dépenses liées aux chantiers immobiliers du Parlement wallon a été présenté. ©Parlement de Wallonie 

Comme prévu, le rapport technique sur les surcoûts liés aux chantiers immobiliers du Parlement wallon était présenté lundi après-midi aux chefs de groupe, opposition PTB et Les Engagés comprise.

Le Bureau du Parlement avait mandaté Thierry-François Yernaux, administrateur délégué de AT Osborne, pour faire le point avec les députés. L’entreprise, chargée de conseiller le Parlement et d’accompagner les chantiers en cours, a corédigé avec les services du greffe ce rapport sur les dépenses publiques liées à la nouvelle Maison des parlementaires et à la jonction entre le parking du Grognon et le bâtiment principal de l’assemblée.

On l’a dit, les dérapages sont largement confirmés: 46 millions pour la Maison des parlementaires (le projet avait été estimé à 10 millions et attribué à 17 millions) et 3 millions pour le tunnel piétonnier réservé aux députés (estimé à 700 000 € au départ, attribué à 980 000 €). Même si des nuances sont apportées (ci-contre).

Ce que l’opposition en retient, c’est que la quasi totalité du dossier est passé sous les radars du Bureau, l’organe de contrôle des décisions du greffier Frédéric Janssens.

Rien depuis 2019

"Une seule demande de validation sous cette législature, pour une décision de marché portant sur du mobilier de plus de 2 millions pour la Maison des parlementaires. C’était en 2019, rapporte le député PTB Germain Mugemangango. Pour des montants bien plus importants, il n’y a eu aucune demande de validation auprès du bureau de la part du greffier. "

Alors, qui a décidé ? Et à quoi sert le Bureau ?

Même son de cloche chez Les Engagés: "Les députés du Bureau confirment qu’ils n’ont jamais discuté des coûts supplémentaires, souligne le chef de groupe François Desquesnes. Alors, qui a décidé ? Et à quoi sert le Bureau ? J’ai du mal à comprendre. On a quand même un chantier qui représente 6 500 m2. Ce n’est pas rien. Et les explosions de coût n’ont jamais fait l’objet d’une discussion, selon les membres du Bureau… De quoi parlent-ils, en fait ?"

On en revient à cette délégation de pouvoir au bénéficie du greffier, amorcée en 2004 et élargie en mai 2018, sous la présidence d’André Antoine (cdH à l’époque, Les Engagés aujourd’hui). Mais l’actuel président Jean-Claude Marcourt (PS) et les autres députés MR, Écolo et PS qui siègent au Bureau du Parlement wallon n’ont pas remis cette délégation en question avant ce mois d’octobre 2022. "Ces différentes augmentations ont été réalisées dans le cadre de la délégation générale dont disposait le greffier ", confirme le Bureau.

En roue libre

L’entreprise d’assistance en maîtrise d’ouvrage, qui doit connaître comme sa poche le chantier qu’elle accompagne, a-t-elle été consultée sur chaque modification du programme ou froidement bypassée par le greffier ? Certaines décisions impliquant des dépenses supplémentaires semblent avoir été directement prises en réunion de chantier (il y en a eu 150…), ce qui n’est pas l’usage.

Par ailleurs, le rapport n’aborde pas les nombreuses autres questions liées à la gestion du greffier et à la légalité de certains marchés publics, entre autres.

Quoi qu’il en soit, tant au PTB que chez Les Engagés, des textes ont été déposés pour réclamer l’intervention de la Cour des Comptes dans les dépenses du Parlement wallon (ce qui ne devrait pas rencontrer une grosse résistance du côté de la majorité) et une augmentation de la transparence: Les Engagés réclament l’ouverture du Bureau à l’opposition et le PTB exigent une publicité des débats.