"On devrait atteindre les 100.000 demandes d'asile d'ici la fin de l'année" : Theo Francken accuse "une politique naïve de gauche"

Nicole De Moor, la secrétaire d'État à l’Asile et la Migration, était l'invitée de Martin Buxant ce lundi matin sur LN24.

La Rédaction

Nicole De Moor a évoqué plusieurs aspects de la migration en Belgique. La Belgique est confrontée à de nombreuses arrivées. "Notre pays est confronté à un afflux important de demandeurs d'asile. L'afflux est plus important que chez nos voisins européens, la répartition n'est pas égale et cela nous pose des problèmes."

La ministre a donné quelques chiffres. "On reçoit plus de 4000 demandes d'asile par mois. Si l'on compare avec l'année 2015 (ndlr: qui était l'année de la crise de l'Asile), on recensait sur une année plus de 40.000 demandes. On devrait atteindre les 100.000 demandes d'ici la fin de l'année", explique la ministre. Avec la guerre qui se produit actuellement en Ukraine, de nombreux réfugiés sont arrivés en Belgique.

La situation est d'ailleurs plus pesante sur notre pays. Selon la ministre, le cas de la Belgique montre bien à l'Union européenne que l'on a besoin d'une réforme au niveau européen afin d'avoir une répartition plus équilibrée.

Mais pourquoi est-ce que la Belgique est-elle plus amenée à recevoir ces demandes d'asile ? "Car il est agréable de vivre dans notre pays, répond d'abord la ministre, même s'il n'est pas normal de recevoir autant de demandes."

La réaction de Theo Francken

Après l'interview de Nicole De Moor, l'ancien secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken, s'est indigné des chiffres du nombre de réfugiés. "C'est le nombre le plus élevé depuis la création de ce royaume. Pour illustrer, c'est autant de personnes qui vivent dans une ville de la taille de Louvain qui ont rejoint la Belgique en un an."

Selon l'homme de la N-VA, la faute revient à la politique mise en place par la Vivaldi. "On obtient des records comme celui-ci avec des politiques naïves de gauche qui ouvrent la porte à l'immigration clandestine. Il est grand temps d'introduire le modèle australien".