Menaces envers Vincent Van Quickenborne: l’un des auteurs présumés remis à la Belgique

L’un des suspects néerlandais dans l’enquête sur les menaces contre le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD) a été remis à la Belgique lundi, a confirmé le parquet fédéral. Les trois autres individus seront remis aux autorités belges un peu plus tard dans la semaine.

BELGA
Menaces envers Vincent Van Quickenborne: l’un des auteurs présumés remis à la Belgique
©Photo News

Le parquet fédéral avait annoncé le 24 septembre que le domicile de Vincent Van Quickenborne, situé à Courtrai, avait été placé sous sécurité renforcée en raison d’une éventuelle menace. À l’époque, la nature exacte de celle-ci n’avait pas été communiquée, mais des plans liés à l’enlèvement du ministre auraient été mis au point. Des armes avaient également été retrouvées dans une voiture abandonnée.

Au moment des faits, trois suspects avaient été arrêtés aux Pays-Bas, à La Haye et Leischendam dans la nuit du 23 au 24 septembre. Un quatrième individu a également été interpellé à La Haye un jour plus tard. Trois d’entre eux se sont opposés à leur extradition vers la Belgique, mais la chambre d’aide juridictionnelle internationale d’Amsterdam a décidé le 26 octobre de leur remise à la Belgique. Cette décision doit être exécutée endéans les dix jours.

Lundi matin, le premier des quatre hommes a donc été remis à la justice belge. Après un interrogatoire, il sera déféré devant le juge d’un d’instruction de Courtrai. Celui-ci décidera alors d’une éventuelle nouvelle détention. Les trois autres ressortissants néerlandais seront remis à la Belgique dans le courant de la semaine, mais aucune date exacte n’a été communiquée pour le moment.