Entre 350 et 400 personnes ont soutenu Code rouge à Ecaussinnes

Plus de 400 personnes ont manifesté, dimanche après-midi à Ecaussines, leur soutien à l’action de désobéissance civile menée par le collectif Code rouge, indique les organisateurs. Selon la police fédérale, ils étaient 350.

Belga
 Vingt-cinq organisations sociales ont participé ce dimanche après-midi a une manifestation à Écaussinnes pour soutenir la coalition Code Rouge.
Vingt-cinq organisations sociales ont participé ce dimanche après-midi a une manifestation à Écaussinnes pour soutenir la coalition Code Rouge. ©AFP (Illustration)

Des militants de Code rouge ont paralysé, de samedi matin à dimanche midi, les sites de TotalEnergie à Feluy (Hainaut) et à Wandre (Liège). Cette action de désobéissance civile a reçu le soutien de vingt-cinq organisations sociales, environnementales, féministes, syndicales et non-gouvernementales.

Selon les organisateurs de la manifestation, le peu de réaction politique face aux crises sociales et environnementales rend ce type d’actions nécessaires, pertinentes et légitimes.

Dimanche, les manifestants ont distribué un flyer aux habitants d’Ecaussines dans lequel ils disaient joindre leur voix à celles des citoyens et des activistes de la coalition Code Rouge dont ils partagent les revendications. "En unissant nos forces, nous pouvons espérer construire une société viable. Une société où chacun·e a un accès équitable à l’énergie, avec des factures d’énergie moins élevées et où les citoyen·ne·s et les travailleur·euse·s sont soutenu·e·s dans leur sortie des énergies fossiles. Une société qui mise sur les énergies renouvelables et un usage plus raisonnable de l’énergie. Une société où la transition ne se fait pas sur le dos des classes populaires et où il existe des possibilités d’emplois décents, respectueux de la planète et rémunérateurs pour tou·te·s".

Jean-Gabriel Vermeire du CNCD 11.11.11, coorganisateur de la manifestation, ajoutait pour sa part qu’il est "totalement inacceptable que des entreprises aussi toxiques pour l’environnement engrangent des bénéfices records sur le dos de personnes qui se saignent pour payer leurs factures. Face à une telle injustice, il est urgent de réagir".

Hormis les onze arrestations administratives effectuées par la police samedi à Feluy, tout s’est déroulé dans le calme, selon le parquet de Mons.