Alexander De Croo prêt à examiner les barèmes d’imposition

Le Premier ministre Alexander De Croo est prêt à examiner avec le gouvernement l’indexation des barèmes d’imposition et la manière dont elle peut être utilisée le plus efficacement possible, a-t-il expliqué vendredi soir dans l’émission « Terzake » diffusée sur Canvas (VRT).

Belga
Alexander De Croo
Alexander De Croo ©AFP

Les salaires suivent l’évolution du coût de la vie via l’indexation automatique. Les barèmes d’imposition, déterminant la tranche d’imposition de chaque contribuable, sont eux indexés une fois par an. "En principe, cela ne pose pas de problème car il n’y a une indexation (automatique, NDLR) qu’une fois par an ou tous les ans et demi", a avancé M. De Croo.

En raison de la forte inflation toutefois, les indexations des salaires se sont suivies à un rythme plus rapide. "Nous sommes dans une situation exceptionnelle", a admis le Premier ministre. En conséquence, le gouvernement prélève des recettes fiscales supplémentaires, sans que cela ne soit réellement sa volonté.

Alexander De Croo souligne que le gouvernement a pris de nombreuses mesures, comme une intervention de plus de 4 milliards d’euros sur les factures d’énergie, notamment via une baisse des taxes. Le ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V) a précédemment déclaré que les coûts d’une indexation des barèmes anticipée pourraient atteindre 1,5 milliard d’euros.

Dans Terzake, le Premier ministre a réitéré son plaidoyer pour des mesures temporaires et ciblées. Pour lui, l’heure n’est pas aux "belles idées" lancées ces dernières semaines pour augmenter le pouvoir d’achat. "Je n’ai vu aucune de ces propositions sur la table du gouvernement et je ne les laisserai pas arriver. Nous n’avons pas les ressources pour cela et elles ne s’attaquent pas aux points douloureux."

M. De Croo a encore dit vouloir conclure les négociations avec Engie Electrabel sur la prolongation de deux réacteurs nucléaires d’ici la fin de l’été. Il a également glissé qu’un accord sur la réforme des pensions devait intervenir avant la trêve estivale.