Clôture du règlement Fortis: paiement des dernières tranches en vue

Le groupe Ageas, successeur juridique de Fortis Holding, a décidé, en concertation avec les organisations de plaignants, de clôturer le règlement Fortis, ouvrant ainsi la voie au paiement des dernières tranches aux actionnaires lésés demandeurs, a-t-il annoncé jeudi.

Belga
Clôture du règlement Fortis: paiement des dernières tranches en vue
©AFP

Initialement, les calculs finaux pour tous les demandeurs et le paiement des dernières tranches ne devaient se faire qu’après la résolution du tout dernier différend mais il ne reste qu’un nombre "très limité" de demandes (moins de 80) en suspens devant Computershare (l’administrateur des demandes indépendant) ou la Commission des Litiges. Ageas n’a pas voulu que ce nombre limité de demandes non résolues fasse attendre les quelque 279.000 autres demandeurs plus longtemps, a expliqué Filip Coremans, managing director Asia et membre du conseil d’administration d’Ageas, lors d’une conférence de presse.

Ageas, qui a vu le jour en 2010 dans la foulée de la débâcle de Fortis, a donc décidé de prendre en charge le risque résiduel de ces demandes non résolues en plus du budget de 1,3 milliard d’euros prévu dans la convention de transaction. Cette décision permet à l’administrateur des demandes de procéder au paiement des dernières tranches et de clôturer le règlement Fortis pour quasi tous les demandeurs.

"Avec cette décision Ageas fait à nouveau un grand pas, permettant ainsi au groupe de se concentrer pleinement sur ses activités et de poursuivre la mise en œuvre de son plan stratégique Impact24", a commenté son CEO Hans De Cuyper.

A partir de vendredi, chaque personne dont la demande a été acceptée recevra, par e-mail ou par courrier, une lettre avec son montant final de la demande et le montant de son éventuelle dernière tranche. Le dernier paiement suivra normalement vers le 25 août 2022, ajoute le groupe.

En 2018, environ 290.000 anciens actionnaires lésés de Fortis s’étaient manifestés auprès d’Ageas pour obtenir une compensation pour le démantèlement du bancassureur en 2008. Un méga accord avait alors été conclu avec plusieurs associations d’investisseurs pour un montant total de 1,3 milliard d’euros.