Cancer du sein: nouvelle technologie pour réduire les risques de maladies cardiaques

L’UZ Brussel utilise depuis février dernier une nouvelle technologie visant à réduire les risques de maladies cardiaques liés à la radiothérapie lors d’un cancer du sein. Les résultats sur les 25 premières patientes sont prometteurs, annonce l’hôpital mardi.

Belga
 Des études sont menées actuellement pour voir comment cette technologie peut aussi améliorer le traitement du cancer du poumon.
Des études sont menées actuellement pour voir comment cette technologie peut aussi améliorer le traitement du cancer du poumon. ©Gorodenkoff - stock.adobe.com

En effet, si la radiothérapie est nécessaire pour diminuer le risque de rechute du cancer du sein, elle est également associée à des effets secondaires tels que le risque d’une maladie cardiaque.

Ce nouveau système, ExacTrac Dynamic, permet une irradiation plus précise de la tumeur grâce à une meilleure surveillance de la respiration des patients. L’impact sur les tissus environnants est également moindre, précise l’UZ Brussel.

"L’irradiation du cœur peut être réduite en traitant les patients pendant une inspiration profonde. Lorsqu’un patient inspire profondément, la distance entre le cœur et le sein augmente, ce qui réduit l’irradiation du cœur et donc le risque de lésions cardiaques. Les patients sont traités pendant environ cinq pauses respiratoires de 25 secondes", explique le Pr. Mark De Ridder, chef du service de radiothérapie.

Cette technologie a également été installée à l’ASZ Alost, où la radiothérapie est assurée par l’UZ Brussel. Des études sont menées actuellement pour voir comment cette technologie peut aussi améliorer le traitement du cancer du poumon.