Le parti DéFI prône le décumul des mandats dans ses nouveaux statuts

 DéFI a entériné sa volonté d’éviter les cumuls de mandats au travers des nouveaux statuts du parti. Un congrès s’est tenu à cette occasion ce dimanche à Wavre.

Belga
Le parti DéFI prône le décumul des mandats dans ses nouveaux statuts
©BELGA

Un mandat à la présidence de Défi pour 4 ans renouvelables une fois et un seul mandat important rémunéré: les militants du parti amarante, réunis en congrès dimanche à Wavre, ont adopté de nouveaux statuts.

Plus largement, à partir de 2023, ce sont les mandats internes de président, trésorier, secrétaire (que ce soit pour la direction du parti, les comités permanents, les fédérations provinciales ou les sections locales) qui seront d’une durée de 4 ans - au lieu de 3 précédemment - avec un maximum de 2 mandats successifs.

DéFI appliquait le décumul, c’est-à-dire l’incompatibilité entre la fonction de bourgmestre ou d’échevin et celle de parlementaire, depuis les élections de 2019. Cette règle du décumul est désormais également consacrée dans les statuts.

Le nombre de mandats rémunérés importants qu’un mandataire du parti peut exercer passe de deux à un. 

L’objectif de la remise à jour des statuts concrétisée dimanche au terme d’un processus d’un an est la simplification et la lisibilité, dans un souci d’amélioration de l’efficacité des instances internes. 

Selon la formation amarante, l’ensemble des élus, responsables et militants ont été associés à l’évolution de ces textes fondateurs. 

Outre les dispositions de bonne gouvernance évoquées ci-dessus, la majorité des changements sont avant tout des simplifications des instances et de procédures internes.