Des lignes directrices pour encadrer la publicité des influenceurs

Le SPF Economie a rédigé un guide de bonnes pratiques à destination des influenceurs ou « créateurs de contenu » en ligne, de quoi rappeler que l’obligation d’identifier de la publicité comme telle est également valable sur internet (Instagram, Youtube, etc.).

Des lignes directrices pour encadrer la publicité des influenceurs
©perfectlab — stock.adobe.com
Belga

Le SPF Economie clarifie entre autres ce que l’on entend par publicité. Cela ne nécessite pas forcément un contrat entre la marque et l’influenceur. Dès que ce dernier reçoit un avantage (produit, réduction, paiement,…) en échange d’une publication, du partage d’un code de réduction ou d’un lien, par exemple, l’obligation légale d’indiquer qu’il s’agit de publicité s’applique, ressort-il des lignes directrices publiées lundi par l’administration.

"En principe, le caractère commercial doit ressortir clairement du contexte de la publication. Cela signifie que les followers doivent reconnaitre en un clin d’œil que le créateur de contenu poste une publicité", communique le SPF. La manière la plus simple de le faire est d’inclure un tag dans la publication, "clair" et "immédiatement visible", dans la même langue que le message, reprenant un terme comme "réclame", "publicité" ou "annonce".

Le SPF Economie rappelle par ailleurs qu’il est interdit d’encourager directement des enfants à acheter le produit dont on fait la publicité.

La secrétaire d’Etat à la Protection des consommateurs, Eva De Bleeker, indique lundi que les lignes directrices font suite à des concertations approfondies avec "le SPF Economie et le secteur". Les influenceurs "savent désormais très clairement ce qu’ils doivent faire et à quel moment afin d’éviter les amendes", communique son cabinet.

"L’Inspection économique veillera à l’application des accords et rédigera effectivement des amendes administratives" en cas de non-respect des règles, précise la secrétaire d’Etat. Les contrôles se font entre autres sur base de plaintes des consommateurs, qui vont désormais eux aussi pouvoir se fier aux lignes directrices pour savoir ce qui est, ou non, acceptable.