Le bébé décédé dans une crèche gantoise a succombé au syndrome du bébé secoué

L’autopsie du corps de l’enfant de six mois, décédée vendredi dernier à l’hôpital des suites de blessures occasionnées alors qu’elle se trouvait dans la crèche ‘t Sloeberhuisje à Mariakerke (Gand), a révélé ses premières conclusions.

Le bébé décédé dans une crèche gantoise a succombé au syndrome du bébé secoué

La petite fille semble avoir succombé au syndrome du bébé secoué, indique mercredi le parquet de Flandre orientale.

La fillette âgée de six mois a succombé le 18 février à ses blessures, qui semblent lui avoir été infligées à la crèche. La veille, l’hôpital universitaire de Gand (UZ Gent) avait averti le parquet qu’un bébé avait été admis avec un grave traumatisme crânien, occasionné dans des circonstances peu claires. Le bébé avait été hospitalisé en urgence après un appel de la crèche ‘t Sloeberhuisje.

Le parquet de Flandre orientale avait désigné un médecin légiste et le juge d'instruction avait fait poser des scellés sur la crèche. L'enquête a mené à l'interpellation de trois responsables: l'exploitante de l'établissement, son père et une employée. Cette dernière a entretemps été relaxée par le juge d'instruction car elle n'était pas liée aux faits. La gérante a été libérée sous conditions mais a été inculpée d'homicide involontaire. Par ailleurs, elle a décidé de cesser de s'occuper d'enfants.

Le père de la gérante a, lui, été placé sous mandat d'arrêt du chef de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. La chambre du conseil a confirmé mercredi son arrestation. Sa détention est prolongée d'un mois.

Le parquet a déclaré ensuite que les premières conclusions de l’autopsie se dirigeaient vers un syndrome du bébé secoué. Il n’a pas souhaité donner davantage de détails, dans l’intérêt de l’enquête.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.