Les jeunes de retour sur le marché du crédit hypothécaire en 2021

BNP Paribas Fortis a accordé un quart de ses crédits hypothécaires l’an dernier à des jeunes de moins de 30 ans, soit une hausse de 33% en un an, a indiqué jeudi la banque.

Les jeunes de retour sur le marché du crédit hypothécaire en 2021

En ajoutant la tranche d’âge des 30-35 ans, les jeunes représentaient 42% des crédits hypothécaires accordés en 2021, a ajouté Tim Spellemans, responsable des crédits hypothécaires au sein de la banque.

En 2020, les jeunes avaient été un peu moins présents sur le marché hypothécaire, en raison de la pandémie et de la disparition d’une prime au logement en Flandre, a expliqué la banque.

Les moins de 30 ans effectuent généralement leur premier achat et contractent en moyenne un emprunt de 209.000 euros sur une durée de 272 mois, ce qui est supérieur à la moyenne (187.000 euros en 226 mois). Ceci s’explique logiquement par le fait qu’ils disposent de moins de fonds propres que les plus âgés. Ils empruntent en moyenne 82% de la valeur du bien et la majorité des prêts accordés aux moins de 30 ans concernent l’achat d’un bien existant (56%). Un cinquième (18%) des prêts aux jeunes sont destinés à construire un bien et 16% à la rénovation.

La progression des jeunes sur le marché des crédits hypothécaires est "vraiment une bonne nouvelle, car on a pu penser que les limitations de quotités de la Banque nationale et des banques en général allaient faire en sorte qu’il serait plus difficile pour les jeunes d’emprunter", avec un besoin accru de fonds propres, a commenté Marc Delforge, responsable des crédits chez BNPPF. La quotité représente la part du montant du prêt par rapport à la valeur du bien. La Banque nationale de Belgique demande de limiter le nombre de prêts à quotité supérieure à 90% (soit un prêt qui dépasse 90% de la valeur du bien acheté). "C’est très agréable de voir qu’en faisant du crédit responsable, donc avec des quotités qui restent sous contrôle comme le demande la banque nationale, les jeunes ont quand même la possibilité d’emprunter", a poursuivi M. Delforge.

Les plus de 55 ans, eux, ne représentaient que 7% des emprunts accordés par BNPPF en 2021, en baisse de 20%. Les personnes plus âgées disposent généralement de davantage d’économies et ont ainsi moins besoin d’emprunter, a exposé M. Spellemans. Les plus de 55 ans empruntent en moyenne 206.000 euros sur une durée de 114 mois. Ils sont les plus attirés que les plus jeunes par la construction d’un bien (26% des crédits) même si la majorité des crédits octroyés à cette tranche d’âge concerne toujours l’achat d’un bien existant.

Enfin, les personnes seules représentaient 30% des crédits hypothécaires accordés en 2021. La très grande majorité (61%) concernaient l’achat d’un bien existant. Les personnes célibataires ou à la tête d’une famille monoparentale empruntent logiquement moins, étant donné qu’elles sont seules à devoir rembourser le prêt: 177.000 euros en moyenne.

Par ailleurs, les jeunes semblent séduits par la plateforme hybride de demande et d’octroi de crédits hypothécaires de BNPPF "Easy Housing". Celle-ci permet de demander son crédit numériquement tout en laissant la possibilité de solliciter un conseiller en cas de questions. 40% des jeunes de moins de 30 ans ont utilisé Easy Housing l’an dernier pour acheter une habitation. Sur l’ensemble des crédits accordés en 2021, 30% sont passés par cette plateforme, ce qui représente une hausse de 86% en un an, a indiqué Marc Delforge.

Le marché hypothécaire belge a été marqué en 2021 par un nombre de transactions record, selon BNP Paribas Fortis, qui l’estime à 415.000, soit une hausse de 14%. Un total de 41,5 milliards d’euros de crédits hypothécaires a été octroyé, indique la banque, qui se base sur les données de l’Union professionnel du crédit. La demande est notamment poussée par des taux d’intérêt extrêmement bas, autour de 1,5%.

Pour 2022, BNPPF s’attend dès lors à ce que le nombre de crédits hypothécaires octroyés baisse, en raison d’une raréfaction de l’offre. Les prix "devraient poursuivre leur hausse mais de manière raisonnable, soit entre 4 et 5% en 2022", selon M. Spellemans. L’incertitude règne toutefois quant aux conséquences de l’inflation sur les projets de rénovation et de construction. Les exigences en termes de performance énergétique risquent également de représenter un frein.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.