Le dépassement de l’indice pivot en octobre plutôt qu’en avril

Les mesures prises récemment par le gouvernement fédéral en matière d’énergie ont pour effet que l’inflation devrait s’établir à 5,5% cette année, soit un chiffre légèrement inférieur à celui annoncé au début du mois (5,8%).

Le dépassement de l’indice pivot en octobre plutôt qu’en avril

Le Bureau fédéral du Plan s’attend dès lors à ce que le dépassement de l’indice pivot intervienne en octobre 2022 plutôt qu’en avril, a-t-il annoncé jeudi dans son rapport sur les prévisions économiques pour 2022.

"Bien que les présentes prévisions supposent que la spirale prix-salaires reste sous contrôle, une hausse plus forte des salaires et de l’inflation ne peut pas être exclue dans le contexte actuel. Dans ce cas, la position concurrentielle extérieure de l’économie belge pourrait être affectée à moyen terme", justifie-t-il.

Par ailleurs, en 2022, l’économie belge va croître au rythme de 3%, grâce notamment à la consommation des ménages, selon les projections. "En 2020, les ménages ont indirectement été contraints d’épargner, non pas en raison d’une baisse de leur pouvoir d’achat mais bien parce que de nombreux commerces ont été fermés. En 2021 et 2022, on assiste à un mouvement de rattrapage", déclare Ludovic Dobbelaere, économiste au Bureau fédéral du Plan.

Les investissements, portés par les perspectives de demande favorables, les plans de relance, l’amélioration de la rentabilité et la faiblesse des taux d’intérêt, progresseront eux de 1,7% cette année. Et les investissements publics augmenteront de 5,8% cette année, notamment grâce aux plans de relance.

Mais quels seront les effets de la crise du coronavirus sur l’emploi? "Si l’on considère la situation dans son ensemble, la période de crise sanitaire n’aura qu’un impact limité sur le marché du travail", tranche Ludovic Dobbelaere.

Le Bureau fédéral du Plan prévoit que l’augmentation de l’emploi retombera à 57.000 personnes en 2022, après avoir atteint 84.000 en 2021. "Cela s’explique par une croissance économique plus vigoureuse en 2021 que les prévisions actuelles pour 2022. Ce qui joue également un rôle, c’est la suppression progressive des mesures de soutien prises par les pouvoirs publics dans le cadre de la crise sanitaire. Cette suppression devrait freiner temporairement la croissance de l’emploi. Celle-ci ne s’accélérerait à nouveau qu’à l’automne prochain", peut-on lire dans le rapport.

Cette année, le taux de chômage devrait diminuer à 8%, atteignant ainsi un niveau sensiblement inférieur à celui d’avant-crise (8,9% en 2019).

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.