Les multipropriétaires et les avoirs à l’étranger dans le viseur du fisc

Les multipropriétaires sont les cibles récurrentes des contrôles fiscaux, relatent ce vendredi "L’Echo" et "De Tijd". Il s’agit des "patrimoines immobiliers importants", même si la limite en termes d’unités est difficile à donner.

Les multipropriétaires et les avoirs à l’étranger dans le viseur du fisc

"Dans certains cas, posséder 22 unités n’est pas problématique, dans d’autres, 11 unités est un nombre trop important", explique l’avocate fiscaliste Sabrina Scarnà. "Mais en général, quand les revenus immobiliers dépassent les revenus professionnels, le fisc a tendance à les requalifier."

L’échange de données entre États étant de plus en plus automatisé, l’administration fiscale sait également presque tout des avoirs à l’étranger, signale "L’Echo". "Le fisc remonte jusqu’à cinq ans en arrière pour demander une régularisation des avoirs à l’étranger", indique aussi le conseiller fiscal de l’Institute for Tax Advisors & Accountants Pierre-François Coppens.

Se trouvent également dans le viseur du fisc les droits d’auteurs, les assurances-groupe pour les dirigeants d’entreprises et les frais professionnels déductibles.

Si l’administration estime, suite au contrôle fiscal, que le contribuable n’a pas déclaré un revenu taxable ou a déduit quelque chose qui ne pouvait pas l’être, cela peut engendrer une requalification partielle ou totale des revenus en revenus professionnels soumis à l’IPP au taux progressif par tranches et aux cotisations de sécurité sociale.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.