Covid: le nombre d’absences liées à Omicron a doublé en une semaine dans la construction

Près d’un travailleur sur 20 du secteur de la construction est actuellement touché par le variant Omicron du coronavirus, selon les chiffres d’une enquête de la Confédération Construction et de l’Association des entrepreneurs belges de grands travaux (ADEB), menée auprès de plus de 4.000 travailleurs et publiée ce jeudi.

Covid: le nombre d’absences liées à Omicron a doublé en une semaine dans la construction

C’est environ le double du nombre enregistré les deux premières semaines de janvier, lorsque seuls 2% des travailleurs devaient rester chez eux à cause d’Omicron.

De grandes différences entre les entreprises de construction sont toutefois constatées en ce qui concerne l’absentéisme. Ainsi, un certain nombre d’entreprises ne connaissent pas de fort taux d’absentéisme mais, dans d’autres, 10% du personnel ou plus est absent en raison d’une infection par le coronavirus. "Une perte de personnel, même limitée, provoque d’énormes problèmes pour les plus petites entreprises de construction, qui constituent la majorité des entreprises de notre secteur", rappelle à ce titre Niko Demeester, administrateur délégué de la fédération sectorielle.

Par conséquent, 92% des entrepreneurs déclarent qu’en raison des absences de leurs travailleurs ou de leurs sous-traitants et fournisseurs, ils ne peuvent plus respecter leurs délais de livraison. Les marges sont également en baisse dans neuf entreprises de construction sur 10, à cause du virus. "Lorsqu’il n’est pas possible de respecter le planning initial, les coûts augmentent", souligne le communiqué.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.