Les agriculteurs wallons favorables à la consigne à canettes

Les agriculteurs wallons se montrent favorables à la mise en place d’une consigne pour les canettes, ont-ils indiqué jeudi lors d’une audition organisée par la commission Environnement du parlement de Wallonie.

Les agriculteurs wallons favorables à la consigne à canettes

Les députés régionaux procèdent actuellement à plusieurs auditions visant à évaluer l'opportunité de mettre en place un tel dispositif, afin de lutter contre les déchets sauvages. D'un côté, le gouvernement wallon prévoit, dans sa déclaration de politique régionale, une mise en place progressive, à l'échelle de la Belgique, d'un système, "qui soit viable économiquement, efficace et qui permette d'obtenir des gains environnementaux et de propreté publique." Depuis l'opposition, le cdH a déposé une proposition de décret.

Les représentants des agriculteurs wallons de la FWA et de la Fugea se montrent favorables à une telle initiative. "Les déchets sauvages sont un fléau en agriculture", a commenté José Renard, secrétaire général de la FWA. "L’autorité publique a un rôle à jouer pour passer à la vitesse supérieure. Nous ne prétendons pas que la consigne est LA solution, mais un des éléments d’un arsenal de solutions."

Selon un sondage mené par le syndicat en 2019 auprès de 90 agriculteurs, 99% d’entre eux disent être confrontés à la problématique des déchets sauvages avec, en tête, les bouteilles en plastique (62%) et les canettes (58%). Conséquence: quelque 3.000 bovins décéderaient chaque année à la suite de l’ingestion de ces déchets. "Doit-on se satisfaire du système de sac bleu? Il n’est pas à 100% efficace", a ajouté Thomas Huyberechts, chargé de mission à la Fugea. "La consigne est un outil complémentaire. Et dans les pays où elle a été instaurée, les retours sont tout à fait positifs."

Dans la majorité wallonne, Olivier Maroy (MR) a exprimé une "position contrastée" au sein de son parti, même si "le statu quo n’est pas acceptable" à ses yeux. "Il ressort de certaines auditions que la consigne n’aura pas d’impact sur le taux de recyclage. Dans les pays où la consigne a été instaurée, il n’y avait pas de système sac bleu. Le taux de retour y est de 85% pour les bouteilles en PET. Chez nous, on atteint 93% avec des sacs bleus", a-t-il observé. "Plus le sac bleu sera vide, mieux je me porterai", a rétorqué François Desquesnes (cdH). Les autres partis ont dit voir dans ce système comme un moyen complémentaire pour lutter contre les déchets sauvages. L’existence même de la cannette a également été interrogée par Christophe Clersy (Écolo).

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.