La mère du petit Dean, 4 ans, souhaite pouvoir faire son deuil sereinement, selon son avocat

Me Jef Vermassen, qui assiste la mère du petit Dean Verberckmoes, s’est entretenu ce mercredi avec sa cliente.

La mère du petit Dean, 4 ans, souhaite pouvoir faire son deuil sereinement, selon son avocat

Cette dernière, qui souhaite pouvoir faire son deuil sereinement, selon son avocat, espère que le corps de son enfant sera rapidement rapatrié en Belgique afin qu’elle puisse lui faire ses adieux.

Elke Verberckmoes a vu son fils pour la dernière fois le mercredi 12 janvier dans la Dalstraat à Saint-Nicolas où Dave De Kock l’a déposée à l’hôpital psychiatrique Sint-Hiëronymus dans lequel elle est soignée pour dépression.

L’enfant était censé loger chez l’intéressé et R.W., sa compagne néerlandaise, à Saint-Gilles-Waes. Dave De Kock se serait disputé avec sa compagne et serait parti avec l’enfant.

La mère de l’enfant avait signalé la disparition de son fils le week-end dernier. Elle avait également expliqué que Dave De Kock avait déjà gardé l’enfant par le passé et qu’elle lui faisait entièrement confiance. D’aucuns ont cependant reproché, sur les réseaux sociaux, à la mère de famille de lui avoir confié son fils or ce dernier s’entendait bien avec le suspect et l’intéressée ignorait tout de sa condamnation en 2008 pour des faits de maltraitance après la mort d’un bambin de deux ans. "Vous ne faites pas des recherches sur Google à propos de toutes vos connaissances", a souligné la mère de la victime lors de la veillée mardi soir à Saint-Nicolas.

«Il ne doit plus être libéré»

La mère du petit garçon estime que Dave De Kock et sa compagne qui a été placée sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction de Termonde ont trahi sa confiance.

"Ils doivent recevoir la punition qu’ils méritent. Il (De Kock, NDLR.) ne doit plus être libéré […] J’espère que Dean rentrera à la maison le plus tôt possible pour que je puisse lui faire un dernier câlin."

Me Vermassen espère que Dave De Cock sera remis à notre pays et qu’il y aura un procès en assises. "Il n’a pas encore été décidé s’il sera jugé en Belgique ou aux Pays-Bas. Ma préférence va à un procès devant la cour d’assises de Gand, en raison de la rigueur de la procédure. Aux Pays-Bas, la peine est également bien inférieure à celle encourue chez nous. Assister à un procès aux Pays-Bas serait également difficile pour ma cliente et sa famille […]. Elle traverse une période très difficile. Elle veut retrouver son fils le plus rapidement possible afin de pouvoir lui dire adieu. Je ne peux pas en dire plus sur l’affaire en raison du secret de l’instruction."

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.