Une ado enlevée deux fois: 5 étonnantes histoires judiciaires

Une jeune fille enlevée 2 fois par sa mère, un voisin agressé dans son jardin en Wallonie picarde, une accompagnatrice de train agressée pour la 6e fois… Découvrez ces surprenantes histoires judiciaires survenues cette semaine en Wallonie.

Une ado enlevée deux fois: 5 étonnantes histoires judiciaires
Image d’illustration ©Pixel-Shot — stock.adobe.com

1.Le voisin l’agresse dans son jardin

Un homme est poursuivi pour des faits de coups et blessures ainsi que des menaces à l’encontre de son voisin.

Le soir des faits, la victime entendait beaucoup de bruits chez son voisin. "Monsieur est allé voir ce qui se passait, puis est rentré chez lui. Vu qu'il ne savait pas dormir à cause du bruit, il est sorti dans son jardin. C'est là qu'il a été attaqué par son voisin, dans son propre jardin, sans raison. Il a ensuite été durement menacé par le prévenu".

2.Une accompagnatrice de train agressée pour la 6e fois

Les violences à l’égard des accompagnateurs de train sont de plus en plus fréquentes. À Tournai, deux d’entre eux ont encore été agressés par une jeune femme qui ne respectait pas les règles.

Pour l'avocat de la partie civile,les accompagnateurs de train sont souvent considérés comme des punching-balls alors qu'ils ne font qu'exercer leur travail. "Employée depuis 2014, ma cliente est à sa 6e agression. Cette affaire lui a coûté un mois d'arrêt de travail".

3.Une maman enlève sa fille pour la 2e fois

Une maman est empêtrée depuis dix ans dans des démêlés judiciaires pour obtenir la garde de ses enfants et tout particulièrement celle de sa fille âgée de 14 ans.

Le 1er septembre 2019, l’établissement scolaire arlonais où était inscrite la jeune demoiselle, a alerté le SRPJ (service de protection de la jeunesse) de l’absence de l’enfant. La grand-mère, âgée de 88 ans, qui avait un droit de garde partagé et devait récupérer sa petite-fille à 16 h, a paniqué, imaginant un accident. Le soir même à 23 h 57, le SRPJ a reçu un mail de la maman reconnaissant qu’elle était au Cap-Vert avec sa fille et qu’elle y resterait parce qu’elle y avait trouvé un emploi.

La maman est poursuivie pour enlèvement d'enfant pour la deuxième fois.

4.Le voleur de vieilles dames condamné

Dans les villages de la banlieue de Virton, à Ruette, Saint-Rémy, Chenois, Ethe et Saint-Mard, Jordan Lepage repérait les maisons de dames très âgées, des octogénaires, parfois des nonagénaires, vivant seules. Après s'être fait ouvrir la porte, il n'hésitait pas à les bousculer, les menacer…. Une d'elle a été enfermée à clef dans une pièce, une autre a été liée sur une chaise avec les fils du téléphone arrachés préalablement. Une autre encore, en chaise roulante, ne se déplaçant qu'avec un déambulateur, a été blessée, frappée avec sa propre canne.

Les faits qui lui sont reprochés pourraient paraître anodins. Des vols, presque des larcins d’un peu d’argent en espèces et de quelques bijoux de famille d’une valeur surtout sentimentale. Ces faits deviennent insupportables quand on connaît leur multiplicité (33 répertoriés selon le même modus operandi) et surtout les personnes ciblées.

5.Alcoolisé, il frappe sa petite amie de 15 ans

Ce jeudi, devant le tribunal correctionnel, le jeune homme s'est défendu seul. Il a expliqué que, ce soir-là, il s'est disputé avec sa copine pour un motif futile. Que l'alcool et l'ecstasy que les deux avaient pris n'ont (évidemment) rien arrangé.

Mais il tempère: il a "juste" poussé et giflé la jeune victime et abîmé la porte d’entrée en voulant récupérer son GSM après avoir quitté les lieux et y être revenu. Par contre, pour la scène du couteau, il prétend que les deux jeunes avaient un couteau en mains et que c’est elle qui lui a dit qu’elle allait se faire du mal, ce à quoi il aurait répondu que si elle faisait ça, il ferait pareil. "Je lui ai encore mis une gifle quand j’ai récupéré mon téléphone puis je suis parti."

"Et les traces d’étranglement que la police a relevées dans le cou de la jeune fille?", lui demande le juge. "Ça ne me dit rien…"