Covid | Manif des directeurs d’écoles fondamentales francophones: "C’est un ras-le-bol général de toutes les directions" (photos)

Coronavirus | "Trop, c’est trop": plus de 400 personnes ont manifesté devant le cabinet de la ministre de l’Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles pour exprimer le surmenage subi par les directions des établissements de l’enseignement fondamental francophone du pays.

Plus de 400 personnes, selon la police, ont manifesté ce mardi matin devant le cabinet de la ministre de l’Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS), pour exprimer le surmenage subi par les directions des établissements de l’enseignement fondamental francophone du pays.

"Trop, c’est trop". À ce slogan écrit sur des banderoles s’ajoutaient les images des couteaux suisses et des casquettes multiples à porter, dessinés sur des pancartes.

"C’est un ras-le-bol général de toutes les directions, tous réseaux confondus", a expliqué Nahide Molana, directrice du centre scolaire de Ma Campagne à Ixelles.

Avec la Covid, on fait et on défait sans cesse

"On nous en demande toujours plus. On endosse plusieurs casquettes tout au long de la journée. On est plombier, directeur de ressources humaines, bureau des plaintes, infirmier... Avec la Covid, on fait et on défait sans cesse... Ce n’est pas que le port du masque ou la crise sanitaire, c’est le trop plein général".

Les directeurs du fondamental sont souvent seuls aux commandes pour gérer tous les problèmes alors que les directions du secondaire bénéficient de plus d’appui.

"On travaille 60 à 70 heures par semaine et parfois même le week-end, car en période Covid, on nous signale souvent le dimanche des cas positifs et il faut tout organiser le soir même", raconte une directrice. Des manifestants se plaignent aussi d’être mis au courant au dernier moment, souvent par voie de presse en premier lieu, des changements décidés au niveau politique qui les concernent.

La ministre a reçu une délégation pendant plus d’une heure. Il a été question de faire entendre des demandes portant notamment sur l’aide éducative et administrative. Une nouvelle rencontre va être organisée dans la semaine du 17 janvier pour traiter notamment de ces deux points. Par ailleurs, les négociations sectorielles commencent mercredi. La délégation a d’ores et déjà fait connaître des revendications en termes de revalorisation de statut pour les postes de direction.

"Pour les ‘périodes Covid’ (les subventions accordées pour du personnel supplémentaire qui vient en aide aux enfants en difficulté avec la crise Covid, NDLR), il semblerait que des prolongations seront entérinées et on parle d’une échéance à tout le moins jusqu’à Pâques", a déclaré à la sortie Dominique Verlinden, directeur de l’école communale du Centre à Uccle.

Dans un communiqué de presse, la ministre Désir a confirmé qu’une enveloppe budgétaire a été débloquée par le gouvernement dans le cadre des négociations sectorielles et qu’"une partie de cette enveloppe sera consacrée à rencontrer certaines revendications des directions de l’enseignement fondamental".

La ministre dit par ailleurs être positive envers la possibilité d’un report des échéances pour le dépôt de la vague 3 des plans de pilotage, mais sans encore en préciser la durée et les modalités.

Quant à la préoccupation des directeurs sur le renouvellement des périodes Covid au début de l’année 2022, elle reconnaît ne pas pouvoir encore fournir de réponse définitive. "Le dossier est en effet sur la table du gouvernement du mercredi 22 décembre et fera l’objet d’une communication spécifique en cas d’accord", assure-t-elle.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.