Marc Van Ranst avant le Codeco du 22 décembre 2021: "Aucun scénario ne nous permettra de célébrer les fêtes en toute sécurité"

Covid, variant Omicron, confinement: le virologue s’est exprimé chez nos confrères flamands de Het Laatste Nieuws avant le comité de concertation de ce mercredi 22 décembre 2021, qui doit permettre de réévaluer les mesures pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Marc Van Ranst avant le Codeco du 22 décembre 2021: "Aucun scénario ne nous permettra de célébrer les fêtes en toute sécurité"
©Photo News

Ce mercredi, à 14h, le comité de concertation aura lieu au palais d'Egmont à Bruxelles. Un dernier Codeco pour l'année 2021 qui devra nous éclairer sur la façon dont on passera les fêtes en Belgique, alors que plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, ont serré la vis ces derniers jours.

Le virologue Marc Van Ranst s'est exprimé dans les colonnes de Het Laatste Nieuws sur le prochain Codeco, qui doit rassembler les représentants des autorités politiques du pays.

Face au variant Omicron, "aucun scénario ne nous permettra de célébrer les fêtes en toute sécurité", craint le virologue flamand, qui prévoit un "durcissement" des mesures plutôt qu'un assouplissement, même si le nombre de cas diminue ainsi que le nombre de patients en soins intensifs.

"On est passé d’un niveau très élevé à un niveau toujours élevé de cas. Dans n’importe quelle période, on aurait trouvé ces chiffres inquiétants."

Pour Guido Vanham, il faut reconfiner

Doit-on envisager un nouveau confinement, comme c'est le cas aux Pays-Bas? Marc Van Ranst préfère "ne pas spéculer sur ce point", même s'il regarde avec attention les chiffres de la courbe Omicron: "On ne peut qu'espérer que la variante soit moins pathogène".

D’autres virologues sont plus catégoriques. Pour Guido Vanham, professeur émérite à l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers, il faut que le gouvernement envoie des signaux clairs pour éviter un "scénario catastrophe". Et cela passerait par un reconfinement à la néerlandaise: "Je comprends que ce n’est pas facile. Mais je pense que les Néerlandais comprennent désormais mieux les signaux de leur gouvernement que nous ne comprenons les signaux peu clairs du nôtre."