La Belgique rogne sur l’armement de ses futures frégates en n’achetant que deux VLS

Les deux futures frégates de la Marine belge seront a priori moins bien armées que leurs homologues néerlandaises, a confirmé la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, en réponse à une question parlementaire.

La Belgique rogne sur l’armement de ses futures frégates en n’achetant que deux VLS

La Belgique et les Pays-Bas ont fait le choix d’une coopération bilatérale pour remplacer à la fois leurs chasseurs de mines et leurs quatre frégates. La Belgique dirige le programme des nouveaux navires de lutte contre les mines (MCM en jargon), alors que les Pays-Bas ont la haute main sur le programme des nouvelles frégates, baptisées "Anti-Submarine Warfare Frigate" (ASWF, en français frégates de guerre anti-sous-marine). Cette classe de bâtiments longs de 133 mètres de long et d’un déplacement de 5.700 tonnes aura pour tâches principales de détecter et de combattre les sous-marins. Ils seront équipés pour évoluer "dans un environnement hostile futuriste", selon le ministère de la Défense.

Le programme a toutefois pris du retard et ne devrait se concrétiser par une signature du contrat qu’en 2022 — et non cette année, comme initialement prévu -, selon La Haye.

Les nouvelles frégates devraient être équipées de deux ensembles de lancement vertical de missiles VLS Mk 41, capables de tirer différents types de missiles anti-aériens, anti-navires voire de croisière. Chaque VLS (en français: système de lancement vertical), construit par le groupe américain Lockheed Martin, dispose de huit cellules de tir.

Mais la Belgique ne commandera que deux VLS — contrairement aux Pays-Bas qui disposeront de quatre exemplaires -, a indiqué Mme Dedonder (PS) en commission de la défense nationale de la Chambre.

"Soit pour les installer tous les deux sur une seule frégate, soit pour les répartir entre les deux frégates. Les deux VLS non commandés seront considérés comme + provision for + (une forme de ré-installation, qui permettrait en théorie d’installer un deuxième VLS sur chaque frégate belge dans le futur), a-t-elle précisé mercredi en réponse à une question du député Jasper Pillen (Open Vld):

"Le taux de remplissage (des VLS) dépendra du type de mission. La capacité d’autodéfense des nouvelles frégates sera supérieure à celle des frégates M actuelles", a ajouté la ministre, que avait déjà annoncé en février l’achat de deux systèmes seulement.

M. Pillen, élu de Flandre occidentale, a qualifié de "problème" le fait que l’armement des bâtiments belges puisse être moins important.

"Il s’agira donc d’un total de seize cellules. Leur nombre sera peut-être supérieur au total actuel, mais il ne dépassera pas l’équipement d’une corvette russe standard. C’est un problème. Les Néerlandais disposent de 40 VLS sur les frégates de la classe De Zeven Provinciën", a souligné le député libéral.

La Belgique et les Pays-Bas ont réservé un montant total de plus de deux milliards d’euros pour cet achat, avec des livraisons attendues vers 2028-2029.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.