Une pétition pour le respect des droits humains dans les maisons de repos et de soins

Des représentants d’Amnesty International et de dix autres organisations ont remis lundi à la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS), une pétition comportant plus de 15.000 signatures concernant le respect des droits humains dans les maisons de repos et de soins (MR/MRS).

Une pétition pour le respect des droits humains dans les maisons de repos et de soins

La même pétition avait déjà été remise il y a deux semaines au gouvernement bruxellois. Elle sera également envoyée aux autorités fédérales prochainement.

Concrètement, les organisations demandent que les résidents, leurs représentants légaux, les gestionnaires des MR/MRS et le personnel soignant soient représentés et participent aux processus de planification et de décision liés aux questions qui ont un impact sur les résidents.

Les organisations pointent également la nécessité pour les MR/MRS de disposer d’un personnel spécialisé en nombre suffisant, mais aussi correctement équipé et formé.

Lundi, la ministre wallonne a reçu les représentants des organisations dans son cabinet à Namur pour une réunion de travail.

«Si une dynamique positive a été entamée et que des efforts conséquents ont été réalisés, il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour que des changements structurels aient lieu», ont expliqué les organisations à l’issue de cette réunion.

«Les autorités fédérées doivent veiller à ce que les organes d’inspection des MR/MRS soient dotés de moyens suffisants pour mener à bien leur mission, en toute indépendance. Parallèlement, les formations de base et continues à destination du personnel et des directions des MR/MRS doivent être renforcées, tout en favorisant une vision humaniste de l’accompagnement du vieillissement», ont-elles ajouté.

«Il est essentiel que soit promue et soutenue par les autorités fédérées la vie à domicile dans de bonnes conditions si cela correspond au souhait de la personne âgée. Il en va de même pour les initiatives collectives alternatives basées sur le respect des droits fondamentaux et l’épanouissement», ont-elles encore souligné.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.