«Il est important d’instaurer une nouvelle relation avec le Royaume-Uni», estime Wilmès

«Il s’agit d’un pays ami, d’un partenaire commercial et c’est le premier pays avec qui nous avons le plus d’échanges commerciaux en dehors de l’Union européenne», a expliqué Sophie Wilmès.

«Il est important d’instaurer une nouvelle relation avec le Royaume-Uni», estime Wilmès

La vice-Première ministre et ministre des Affaires étrangères et du Commerce extérieur, Sophie Wilmès, en visite officielle en Irlande et au Royaume-Uni durant trois jours, estime qu’il est «important d’instaurer une nouvelle relation bilatérale avec le Royaume-Uni».

Jeudi matin, la ministre belge des Affaires étrangères rencontrera son homologue, Liz Truss, et le secrétaire d’Etat britannique chargé du Brexit, David Frost. «Je ne viens pas pour signer des accords. L’objectif de la rencontre est d’abord qu’elle ait lieu», a expliqué mercredi Sophie Wilmès. «Cela fait cinq ans qu’il n’y a plus eu de rencontre de ce type-là entre les deux pays. Le Brexit a rendu cette rencontre nécessaire et le Covid a empêché que cela se fasse plus tôt.»

La vice-Première a insisté sur l’importance de maintenir «des canaux fluides de communication». «Ils existent déjà et cela se passe très bien mais avec l’implémentation des accords qui cadrent nos nouvelles relations, il y a des choses à affiner et organiser, de manière à palier aux effets du Brexit», a ajouté la ministre.

«Faire passer un message»

Cette première rencontre post-Brexit doit donc permettre d’entamer un dialogue politique régulier, mais aussi de préparer la visite du Premier ministre en novembre et la visite princière qui aura lieu en mars de l’année prochaine.

Cette visite s’inscrit aussi dans un contexte particulier après la sortie de David Frost en début de semaine, agitant le spectre du déclenchement de l’article 16 du protocole nord-irlandais.

Ce dernier permet de passer outre certaines dispositions de l’accord de Brexit concernant l’Irlande du Nord en cas de «graves difficultés économiques, sociétales ou environnementales».

«Cette rencontre permettra de faire passer des messages», a expliqué Mme Wilmès. «Des messages d’apaisement et de volonté d’aboutir, pas d’opposer l’Union européenne et le Royaume-Uni qui reste un pays ami, un pays allié avec lequel nous voulons commercer dans le cadre européen. Il y a un intérêt de toutes les parties à trouver une solution», a conclu la ministre belge des Affaires étrangères.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.