Coronavirus: «Peu d’utilité» de pointer les jeunes du doigt

Sciensano a profité de sa conférence de presse de ce lundi matin pour rappeler qu’aucune communauté n’est à pointer du doigt dans cette pandémie.

A. Ma.
Coronavirus: «Peu d’utilité» de pointer les jeunes du doigt
Pour Antoine Iseux, «nous n’avons pas besoin de regarder les autres, de les montrer du doigt». ©BELGA

«Ces derniers jours, beaucoup d’attention a été accordée à la prétendue mauvaise conduite de certaines catégories de la population, à commencer par les étudiants. Ça n’a que peu d’utilité.» Porte-parole interfédéral du Centre de crise, Antoine Iseux l’a répété durant la conférence de presse de ce lundi: «Nous n’avons pas besoin de regarder les autres, de les montrer du doigt.»

Toutefois, si «tout le monde peut être touché par le virus», le Centre de crise souhaite continuer à sensibiliser les plus jeunes.

+ VIDÉO | Coronavirus : « Le virus circule actuellement de manière plus intense en Wallonie et à Bruxelles »

«Nous comprenons que cette période est très difficile pour vous, assure Antoine Iseux. De nombreux plans sont tombés à l’eau ces derniers mois, ce qui peut faire naître des frustrations ou la tentation de faire valdinguer les mesures. Mais ce n’est pas parce que vous êtes généralement moins malades, bien qu’il y ait des exceptions, que vous ne pouvez pas contribuer à briser les chaînes de contamination. Le danger réside dans le fait que vous pouvez transmettre le virus à des personnes vulnérables de votre famille ou des familles de vos amis.»

Et le porte-parole interfédéral de poursuivre: «Ne vous concentrez pas sur ce que vous ne pouvez pas faire en ce moment, mais concentrez-vous sur ce que vous pouvez encore faire. Vous pouvez encore avoir une vie sociale: aller en cours, faire du sport dans votre club, aller à des réunions de mouvement de jeunesse, retrouver des amis,… On a tous envie que ça puisse continuer. Prenez donc vos responsabilités et encourager vos amis à le faire également, que ce soit en portant le masque ou en installant l’app «Coronalert» sur votre smartphone.»