Le sang des Wallons à la loupe: la biosurveillance humaine s’invite chez nous

C’est la première campagne de ce type en Wallonie: près de 1 000 échantillons de sang et d’urine vont être prélevés et analysés. On va pouvoir mesurer les substances chimiques ou les polluants présents dans nos corps.

Pascale Serret
Le sang des Wallons à la loupe: la biosurveillance humaine s’invite chez nous
Les échantillons de sang et d’urine commencent à être prélevés. Dans 2 ans, on aura une photographie de la santé et de l’environnement des Wallons.

Pour la première fois en Wallonie, une étude de grande ampleur va permettre de mesurer avec précision notre exposition à une série de substances dangereuses ou à tout le moins préoccupantes pour la santé (lire en P.3).

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...